Accéder au contenu principal

Deux militaires français tués en opération dans la région de Ménaka au Mali

Des soldats français en opération dans le nord du Burkina Faso le 9 novembre 2019
Des soldats français en opération dans le nord du Burkina Faso le 9 novembre 2019 © Michelle Cattani / AFP
9 mn

Deux militaires français ont été tués, samedi, lors d'une opération dans la région de Ménaka au Mali, a annoncé la présidence de la République. Il s'agit de la deuxième attaque mortelle contre des soldats français au Mali revendiquée par la branche d'Al-Qaïda au Sahel en quelques jours.

Publicité

Le début de l'année 2021 était censé témoigner des progrès de l'opération Barkhane, un an après le renforcement des effectifs militaires français au Sahel. La perspective d'une réduction prochaine des effectifs a, au contraire, galvanisé la volonté des groupes jihadistes à frapper les troupes françaises.

Le président Emmanuel Macron a "appris avec une grande tristesse" la mort dans la région de Ménaka (nord-est) du sergent Yvonne Huynh et du brigadier Loïc Risser, tous deux issus du 2e régiment de hussards de Haguenau, près de Strasbourg (est), a annoncé la présidence française dans un communiqué. 

L'attaque a été revendiquée dimanche 3 janvier par la branche d'Al-Qaïda au Sahel, selon une source jointe par Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes à France 24.

Yvonne Huynh, âgée de 33 ans et mère d'un jeune garçon, est la première femme de l'armée française tuée au Sahel depuis l'intervention Serval en 2013. Née à Trappes (Yvelines) près de Paris, elle effectuait sa deuxième mission au Mali. Le brigadier Louis Risser, 24 ans et originaire de Saint-Louis (Haut-Rhin, est), en était à son troisième engagement au Mali.

Le 2e régiment de hussards est spécialisé dans l'infiltration par véhicules, l'observation à longue distance et le renseignement humain.

Le communiqué de l'Élysée précise qu'un troisième soldat a également été blessé, mais que ses jours ne sont pas en danger.

Il s'agit de la deuxième attaque mortelle contre les troupes françaises au Mali en moins d'une semaine. Lundi dernier, trois soldats français avaient été tués lors d'une attaque revendiquée par la branche d'Al-Qaïda au Sahel.

Ces deux décès portent à 50 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations antijihadistes Serval, puis Barkhane, a précisé l'état-major des armées.

Emmanuel Macron a réaffirmé "la détermination de la France dans son combat contre le terrorisme" : "La motivation, la pugnacité et l'abnégation des militaires français demeurent intactes face aux groupes terroristes, filières de Daech (acronyme arabe du groupe État islamique, NDLR) et d'Al-Qaïda, qui sèment terreur et chaos au Mali et au Sahel", a déclaré samedi la ministre des Armées Florence Parly dans un communiqué.

La France en réflexion sur son engagement au Sahel

Ces attaques mortelles surviennent, alors que la France envisage une réduction des effectifs de la force Barkhane et se dit ouverte à des négociations avec des groupes sahéliens, à l'exception des directions d'Al-Qaïda et du groupe État islamique.

La force Barkhane, qui s'étend sur cinq pays du Sahel, a été étoffée de 600 soldats, ce qui a porté son effectif total à 5 100 en 2020. Elle a revendiqué la "neutralisation" de dizaines de jihadistes ces dernières semaines, aux côtés de la force du G5 Sahel.  

Face à la persistance des violences jihadistes, doublées de conflits intercommunautaires, les autorités de transition au Mali n'excluent pas d'engager des négociations avec des groupes armés, tout comme auparavant le président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé par un putsch en août.

Deux militaires français tués en opération au Mali
01:36

 

Le GSIM, principale alliance jihadiste du Sahel, a appelé dans un communiqué revendiquant l'attaque de lundi au retrait de la force Barkhane du Sahel.

Dans ce communiqué, authentifié par le centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE, il a aussi évoqué les caricatures de Mahomet et la défense prise par le président Macron de leur publication au nom de la liberté d'expression, ainsi que la politique du gouvernement français vis-à-vis des musulmans de France.

La France exclut toute discussion avec l'état-major du GSIM qui "répond à la hiérarchie centrale d'Al-Qaïda", relevait le 21 décembre une source à la présidence française.

Elle se montre en revanche plus ouverte, s'agissant d'éléments du GSIM qui "ont un agenda beaucoup plus national, souvent opportuniste, parfois régional", ajoutait cette source.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.