Italie: sous pression de l'Inter, l'AC Milan insubmersible

Rome (AFP) –

Publicité

L'AC Milan, même sans Zlatan Ibrahimovic, même à dix, même sous la pression de l'Inter Milan, a trouvé les ressources pour défendre son fauteuil de leader du Championnat d'Italie sur le terrain de Benevento (2-0), à trois jours de son choc contre la Juventus, dimanche lors de la 15e journée.

Derrière la lutte au sommet entre Rossoneri (37 pts) et Nerazzurri (36 pts), faciles vainqueurs de Crotone (6-2), la Roma a fait preuve de caractère pour défendre sa troisième place (30 pts) contre une Sampdoria accrocheuse (1-0).

Victoire également, et avec la manière, pour Naples (4-1 à Cagliari) et l'Atalanta Bergame (5-1 face à Sassuolo), en attendant la Juventus, qui accueille l'Udinese sans Alvaro Morata (gêne à la cuisse droite) en soirée, au terme d'un intense dimanche de reprise où les vingt équipes étaient sur le terrain.

- Milan insubmersible à dix -

Le but d'avance des Rossoneri obtenu grâce à un penalty arraché par Ante Rebic et transformé par Franck Kessié (15e) ne pesait pas lourd quand ils se sont retrouvés à dix, après l'exclusion de Sandro Tonali (34e).

Mais Gianluigi Donnarumma, sauvé par son poteau (20e), a multiplié les interventions décisives. Et Rafael Leao, en contre, a doublé la mise en début de seconde période d'un astucieux lob en pivot que n'aurait pas renié Ibrahimovic, absent sur blessure depuis la fin novembre.

De quoi écœurer le Benevento de l'ex-Milanais "Pippo" Inzaghi, qui a même raté un penalty par Gianluca Caprari (61e).

La jeune équipe de Stefano Pioli, sans Theo Hernandez (suspendu), est désormais invaincue depuis 27 matches en championnat, à l'heure de tester ses ambitions dans le choc contre la Juventus mercredi à San Siro.

"Contre la Juve, ce ne sera pas encore un match décisif, ni un passage de témoin. Pour moi la Juve, l'Inter et Naples restent les plus forts", a évacué l'entraîneur.

- L'Inter dans le "grand huit" -

Huitième victoire en huit matches pour l'Inter Milan, en "mission scudetto" pour oublier son élimination précoce de toutes les compétitions européennes.

Accrochée à la pause (2-2), l'Inter s'en est de nouveau remise à son duo Romelu Lukaku-Lautaro Martinez. Le Belge (un but, co-meilleur buteur avec Cristiano Ronaldo avec douze réalisations) et l'Argentin (trois buts) sont impliqués sur cinq des six buts.

"Même quand je ne marque pas, je travaille toujours pour l'équipe. Et si je marque, tant mieux", s'est réjoui Martinez, auteur de son premier triplé en Serie A.

Face au promu calabrais, de nouveau lanterne rouge après le réveil du Torino (3-0) à Parme, l'Inter version 2021 a ressemblé furieusement au modèle 2020: une équipe offensivement impressionnante (meilleure artillerie de Serie A avec 40 buts) mais encore irrégulière, à l'image d'Arturo Vidal, coupable sur le penalty qui a permis à Crotone de revenir à 2-2.

"Il a des marges de progression importantes. Il doit travailler, tête basse, et pédaler. Personne n'a une place assurée à l'Inter", a prévenu Conte, après avoir replacé à la mi-temps le Chilien de 33 ans.

"Le calme est la vertu des forts", a répondu, un brin énigmatique, Vidal sur Instagram.

- Roma s'agrippe au podium -

Sous des trombes d'eau, un but d'Edin Dzeko a suffi au bonheur de la Roma, qui a longtemps buté sur une Sampdoria attentiste, bien décidée à prendre un point au stadio Olimpico.

"L'équipe est plus équilibrée et a plus d'expérience que la saison dernière", s'est félicité Paulo Fonseca, entraîneur ravi d'une équipe pas forcément attendue aussi haut dans le classement.

La Roma conserve deux points d'avance sur Naples, à l'affût après sa nette victoire à Cagliari (4-1).

Le Napoli chipe la quatrième place à Sassuolo, qui continue à peiner contre les plus grosses cylindrées. Les Neroverdi se sont écroulés à Bergame (1-5) face à une Atalanta retrouvée après son coup de mou de novembre.

La "Dea" n'a plus son "Papu" Gomez, écarté par l'entraîneur Gian Piero Gasperini, mais a des jambes et des buteurs affûtés (doublé de Duvan Zapata, nouvelle entrée gagnante de Luis Muriel).

Dans ce quasi sans-faute des équipes "européennes", seule la Lazio a raté son début d'année, incapable de s'imposer chez le relégable Genoa (1-1) et désormais neuvième.