Foot: Wayne Rooney, l'alliance de la précocité et de la longévité

5 mn
Publicité

Paris (AFP)

Il ne se considérait pas "comme un buteur naturel", mais il termine sa carrière en étant meilleur buteur de l'histoire de Manchester United et de l'Angleterre: Wayne Rooney, qui a officialisé vendredi sa retraite, laisse une empreinte immense mais inachevée dans l'histoire du football anglais.

"Pour être tout à fait honnête, et cela va peut-être vous surprendre, je ne suis pas un buteur naturel", disait-il au Sunday Times en avril 2020, tout en humilité, au moment de dresser un bilan de sa carrière.

Ce n'est pourtant pas ce que disent les chiffres. 253 buts avec Manchester United, 53 avec l'équipe d'Angleterre, record à chaque fois. "Shrek" (son surnom) n'était peut-être pas un buteur naturel, mais il était au moins prolifique.

Quel était son secret, alors ? "J'ai eu le temps (...) J'ai joué pour United pendant 13 ans, pour l'Angleterre pendant 15 ans. J'ai donc eu tout le temps de battre ces records, et avec le recul, je pense que j'aurais pu marquer encore plus de buts."

Le premier, il l'inscrit le 19 octobre 2002 lorsqu'Everton, son club formateur, reçoit Arsenal, qui domine alors de la tête et des épaules le championnat. A la dernière minute, alors que le score est de 1-1, Rooney, entré en jeu dix minutes plus tôt, décoche une frappe surpuissante en pleine lucarne pour offrir la victoire aux siens et devenir à 16 ans et 360 jours le plus jeune buteur de l'histoire de la Premier League.

Tout s'enchaîne. Rooney devient en février 2003 le plus jeune joueur de l'histoire de l'équipe d'Angleterre, lors d'un amical face à l'Australie (son record sera ensuite battu par Theo Walcott). Puis, en septembre de la même année, le plus jeune buteur de la sélection, à 17 ans et 317 jours grâce à un but contre la Macédoine. Un record, lui, toujours d'actualité.

- Changement de galaxie -

Wayne Rooney aime Everton, mais Everton n'est pas assez grand pour lui. A l'été 2004, il signe à Manchester United qui lâche 27 millions de livres (40 M EUR) pour se l'offrir.

Liverpool et Manchester ont beau n'être distantes que de 60 kilomètres, ce transfert fait changer le joueur de galaxie. Car, à présent, ce n'est plus le maintien que joue Rooney, mais les premiers rôles européens.

Dès les premières saisons, il devient l'un des piliers de l'effectif de Sir Alex Ferguson. Signer à United, c'est côtoyer des noms illustres: Ryan Giggs, Paul Scholes, Cristiano Ronaldo, entre autres.

Le palmarès du joueur va devenir impressionnant: cinq titres de champion d'Angleterre, une Coupe d'Angleterre, quatre Coupes de la Ligue, quatre Community Shields et, bien sûr, la Ligue des champions en 2008, face à Chelsea, et la Ligue Europa 2017.

Les distinctions personnelles se multiplient aussi: deux fois meilleur jeune de Premier League, trois fois meilleur joueur anglais du championnat, et la consécration en 2010 avec le trophée de meilleur joueur de Premier League remis par les joueurs et par les journalistes. Rooney avec Manchester, ce seront 13 saisons, 559 matches et 253 buts.

- "Pas une maison de retraite" -

Au mitan des années 2010, cependant, ses pépins physiques s'accumulent et son temps de jeu se réduit. En 2017, le voilà de retour à Everton, le club où tout a commencé.

"Je n'entre pas dans une maison de retraite", dit-il lors de sa présentation, et le prouvera avec 10 buts. Pour se concentrer sur Everton, il renonce définitivement à la sélection anglaise, s'arrêtant à 53 buts en 120 matches, et laissant derrière lui une flopée de regrets: la génération dorée du football anglais qu'il symbolisait n'aura jamais dépassé les quarts de finale en grande compétition.

Autre continent, autre challenge: il traverse en 2018 l'Atlantique pour découvrir la Major League Soccer avec le D.C. United. Pour un bilan plus qu'honorable, en deux saisons, de 49 matches, 23 buts et quelques actions de grande classe qui rappellent ses plus belles heures.

En janvier 2020, enfin, il se lance un dernier défi en devenant entraîneur adjoint et joueur de Derby County, en Championship, la deuxième division anglaise.

Rooney joueur marque encore (5 buts en 15 matches) et Rooney entraîneur-adjoint apporte énormément à Derby County, qui remonte en quelques mois de la 17e à la 7e place...jusqu'à l'arrêt des matches en raison du nouveau coronavirus.

Cette dernière expérience dit de quoi sera fait l'avenir de Wayne Rooney, désormais entraîneur principal: après les terrains, saura-t-il marquer l'histoire sur les bancs de touche ?