Hand/Mondial: les Bleus ont retrouvé leur brillant

Guizeh (Egypte) (AFP) –

Publicité

En dominant la Norvège (28-24) pour son entrée dans le Mondial égyptien, l'équipe de France masculine de handball a déjoué les pronostics, tant elle arrivait sans repères au Caire. Elle est remontée d'un coup dans la hiérarchie des favoris et s'est ouvert la voie des quarts de finale.

Les Français sont-ils de retour? "Cela ne doit pas non plus cacher tout ce qu'il reste à faire", a logiquement temporisé le pivot Luka Karabatic, patron d'une défense intraitable qui a laissé Sander Sagosen (10 buts) esseulé vendredi. "Mais oui, c'est un gros boost de confiance."

Dont les Bleus manquaient, autant que de repères, en arrivant en Egypte. La faute à un Euro 2020 catastrophique, quitté dès le premier tour et qui a coûté son poste au sélectionneur Didier Dinart, puis à la pandémie de Covid-19 qui les a privés de rassemblement et de relance tout le reste de l'année.

Nommé dès janvier 2020, Guillaume Gille a ainsi dû attendre douze mois pour connaître ses premiers matches à la tête des Bleus. Mais la double confrontation face à la Serbie (défaite 27-24, nul 26-26) n'a rien eu de rassurant, quelques jours avant le départ pour l’Égypte. Les propos du sélectionneur, "surpris" de ces contre-performances, non plus.

Une semaine plus tard, "il y a forcément beaucoup de choses qui ont changé", savoure l'ancien adjoint de Dinart. "Nous sommes passés en mode compétition et Mondial. Nous sommes rentrés dans la compétition sans arrière-pensées et en nous livrant totalement."

Les deux semaines de préparation à Créteil ont porté leurs fruits. "Cela faisait quelques jours que l'on sentait les prémices de ces articulations à l'entraînement", souligne l'entraîneur. "La défense a joué un rôle clef en usant les Norvégiens progressivement et la relation avec son gardien a très bien fonctionné, Wesley Pardin fait un premier match excellent."

- Pardin, pari gagnant -

Gille a notamment réussi son pari de lancer le portier d'Aix-en-Provence dans le grand bain pour son premier match dans un Mondial, qui plus est face à Sagosen, considéré par beaucoup comme le meilleur joueur du monde actuel.

Non content de montrer le chemin avec ses trois arrêts d'entrée, Pardin est resté sur son nuage tout au long du match pour culminer à 18 tirs norvégiens contrés, soit presque un sur deux!

Si "Wesley fait une première partie de saison exceptionnelle" avec Aix et est "clairement un gros plus pour l'équipe de France", selon Karabatic, les joueurs de champ "ont su l'aider un maximum" en "faisant en sorte que le tir soit au maximum lisible pour lui".

Le corollaire de Pardin en attaque se nomme Kentin Mahé (9 buts) qui a fait oublier l'absence de l'idole Nikola Karabatic, blessé au genou. Les doutes quant à l'état de forme du joueur de Veszprem, lui-même revenu récemment de blessure et qui dépannait à l'aile gauche en Hongrie, se sont envolés en même temps que le demi-centre sur le kung-fu qui a permis d'ouvrir le score.

- Voie royale jusqu'aux quarts -

Et même si Dika Mem est passé à côté de son match (0/4, 2 exclusions), que Timothey N'Guessan a rendu une copie mitigée (4/9), les Bleus tiennent le match référence qu'ils attendaient depuis un an, la première victoire de l'ère Gille.

Lequel veut évidemment garder la tête froide: "cette victoire ne nous amène encore à rien, si ce n'est que l'on part avec plus de confiance et de certitudes." C'est oublier les deux points acquis qui seront conservés au tour principal, alors que les prochains adversaires (Autriche, Suisse, Portugal, Islande, Algérie probablement) font nettement moins peur que la Norvège sur le papier.

Les matches à élimination directe sont encore loin mais la France, non tête de série après ses derniers résultats décevants, a remporté le premier bras de fer entre favoris. Danemark, Espagne, Croatie et Slovénie, les autres cadors, sont prévenus. "La flamme s'est plus ou moins allumée, on espère qu'elle brûlera un bout de temps", résume Mahé. Peut-être jusqu'au 31 janvier, jour de la finale.