Allemagne: le Bayern champion d'hiver avec un Lewandowski inarrêtable

4 mn
Publicité

Munich (Allemagne) (AFP)

Après deux défaites consécutives, le Bayern s'est refait une santé en s'assurant dimanche du titre honorifique de champion d'hiver de Bundesliga, grâce à une victoire laborieuse 2-1 contre Fribourg avec un nouveau but de Robert Lewandowski, son 21e en 16 journées!

Avec 36 points, le champion en titre compte désormais quatre longueurs d'avance sur Leipzig (32 pts) et sept sur Leverkusen et Dortmund (29 pts) à la veille de la 17e et dernière journée des matches allers mardi et mercredi.

A huis clos et sous la neige qui tombe sur la Bavière, le phénomène Lewandowski a ouvert le score dès la 7e minute. Après l'égalisation de Fribourg par Nils Petersen (1-1, 62e), Thomas Müller a fait la différence à un quart d'heure de la fin (2-1, 74e). Mais Fribourg a fait trembler les Bavarois en fin de match, avec notamment un tir sur la barre du même Petersen à la 90e+1 minute.

"Ce fut une victoire laborieuse", a reconnu le défenseur central Jérôme Boateng, "à la fin nous avons un peu tremblé, mais l'important c'est que nous avons montré que nous savons nous battre. On n'est pas obligés de toujours briller, il faut aussi gagner ces matches là (...) tout n'est pas parfait ces derniers temps".

- Lewandowski marche sur l'eau -

Si le Bayern s'enlise parfois, Lewandowski, lui, continue de marcher sur l'eau: le meilleur joueur FIFA-2020 vient de marquer neuf fois en six matches de championnat, et va atteindre la mi-parcours avec plus de 20 buts.

S'il maintient ce rythme, le Polonais peut abattre un record que l'Allemagne croyait éternel: les 40 buts en une saison marqués par le légendaire Gerd "Bomber" Müller en 1971-72, sous le même maillot du Bayern.

Ce match contre Fribourg, 8e du classement, n'était pas un match de routine pour les champions d'Europe. Après un début d'hiver difficile, ils s'étaient inclinés vendredi dernier 3-2 contre Mönchengladbach après avoir mené 2-0, et mercredi, ils ont perdu toute chance de triplé en s'inclinant aux tirs au but en Coupe d'Allemagne contre l'équipe de deuxième division de Kiel (2-2, 6 tab à 5).

Le patron du club Karl-Heinz Rummenigge, dont la patience n'est pas la principale qualité, a mis un coup de pression cette semaine: "L'équipe, avec l'entraîneur (Hansi Flick), doit maintenant démontrer que ce qu'il s'est passé était un accident de parcours", a-t-il lâché dans la semaine dans un interview à la presse munichoise.

- "Réveil brutal" -

Flick a d'ailleurs admis que les deux défaites avaient été "un réveil brutal", et tenté d'expliquer le passage à vide par un manque d'intensité dans le jeu: "Il manque parfois juste un mètre, ou une seconde, un peu de présence physique", a-t-il reconnu.

Il n'avait donc pris samedi aucun risque, avec une équipe uniquement composée de titulaires de l'été dernier, ceux qui étaient allés chercher le triplé coupe-championnat-Ligue des champions. Même si certains, comme Benjamin Pavard ou Alphonso Davies sur les flancs de la défense, ne sont pas actuellement au sommet de leur forme.

Mais le "manque d'intensité" du Bayern était toujours visible, et les champions d'Europe peuvent au final remercier la chance après ce week-end parfait sur le plan comptable: avec leurs trois points sauvés par une barre transversale, ils creusent l'écart sur leurs trois poursuivants, Leverkusen battu 1-0 par l'Union Berlin, Leipzig et Dortmund tenus en échec respectivement par Wolfsburg (2-2) et Mayence (1-2) samedi.

cpb/chc