Top 14: Toulon reprend goût aux voyages

4 mn
Publicité

Nanterre (AFP)

Intouchable à domicile, Toulon a enfin vaincu ses démons à l'extérieur avec un beau succès sur la pelouse du Racing 92 (29-23) dimanche en match en retard de Top 14 où Castres, métamorphosé en 2021, s'est encore rassuré.

Fin de série pour le Racing 92 qui restait sur six victoires consécutives toutes compétitions confondues et pouvait s'emparer de la deuxième place. Mais l'équipe francilienne est tombée sur une formation varoise dans un grand jour, qui se replace à la quatrième position au classement.

En sept matches loin de ses terres, le RCT ne s'était imposé qu'une fois, mi-novembre, à Agen, lanterne rouge qui court toujours après une première victoire cette saison.

Mais avec une remarquable efficacité offensive en première période et une solide défense ensuite, les hommes de Patrice Collazo ont montré qu'ils n'étaient plus allergiques aux voyages.

Ils ont dû mettre les bouchées doubles dès la première période, inscrivant deux essais en moins de vingt minutes (Swan Rebbadj, Baptiste Serin) pour bousculer le Racing 92 (17-3).

Mais les Racingmen ont rectifié le tir en inscrivant à leur tour deux essais, grâce à la hargne de Wenceslas Lauret puis les jambes de feu de Teddy Thomas, bien servi par l'insaisissable Virimi Vakatawa.

Le centre du XV de France s'est fait pardonner d'avoir manqué un essai tout fait, quelques minutes plus tôt, pensant sans doute le célébrer avant même d'avoir aplati.

Il a fallu une pénalité réussie par Louis Carbonel, auteur de 19 points devant les perches, pour remettre le RCT à égalité à la pause (20-20). C'est grâce à son jeune ouvreur de 21 ans, qui a honoré ses deux premières sélections avec les Bleus l'automne dernier, que Toulon a pu se détacher au retour des vestiaires (29-23).

Après une première période de haut vol, le match s'est transformé en véritable partie d'échecs. A ce jeu-là, c'est Toulon qui s'en est sorti le mieux, en dressant une défense de fer devant les Racingmen. Redoutables dans le "money time", les Franciliens n'ont cette fois-ci pas réussi à renverser la situation.

- Castres enfonce Montpellier -

Plus tôt, Castres a encore confirmé son embellie. Moribond en 2020, le CO ne connait pas la défaite en cette nouvelle année.

A Montpellier, les Castrais ont signé une troisième victoire d'affilée (21-19). Mais après leur coup d'éclat à Lyon puis la confirmation face à Agen, en étant réduit à chaque fois à quatorze, Baptiste Delaporte et ses partenaires ont cette fois-ci soigné la discipline pour l'emporter tous ensemble (21-19). Au finish.

C'est un essai en force - le second pour Castres - du troisième ligne tongien Ma'am Vaipulu, entré en cours de seconde période, qui a permis au champion de France 2018 de revenir à hauteur dans les dix dernières minutes. Avant la transformation décisive de l'ouvreur argentin Benjamin Urdapilleta.

Le chamboulement de l'encadrement, fin décembre, avec l'arrivée aux commandes de Pierre-Henry Broncan porte ses fruits. Le CO, désormais neuvième au classement, à 6 points du Top 6, avec encore un match en retard, s'éloigne de la zone rouge.

Le MHR s'enfonce davantage dans la morosité. Passé de directeur sportif à entraîneur principal au début du mois, après le limogeage de Xavier Garbajosa, l'ancien sélectionneur du XV de France Philippe Saint-André n'a dû se contenter que de trois bonus défensifs en autant de rencontres.

Et Montpellier est toujours avant-dernier, une place synonyme de barrage en fin de saison. Inquiétant avant de recevoir Lyon et le Racing 92, deux prétendants au titre.