L1: Mediapro propose de continuer à diffuser après le 31 janvier

3 mn
Publicité

Paris (AFP)

Le groupe Mediapro, diffuseur de la Ligue 1 en passe de quitter le marché français, a proposé à la Ligue de football professionnel (LFP) de poursuivre la diffusion des rencontres après le 31 janvier, a-t-on appris lundi de source ayant connaissance du dossier.

L'entreprise catalane à fonds chinois, évincée par la LFP faute d'avoir pu honorer ses traites, lui a transmis samedi un courrier dans lequel elle propose que sa chaîne Téléfoot poursuive la diffusion des rencontres "au moins jusqu'à la fin de la saison", selon cette source interrogée par l'AFP, alors que la Ligue, qui n'a pas encore trouvé de diffuseur pour récupérer les droits TV vacants, est confrontée à la menace de "l'écran noir", l'hypothèse de matches non diffusés à partir de début février.

Selon l'accord de retrait signé en décembre avec Mediapro, la diffusion des matches par Téléfoot ne pouvait en effet s'étendre au-delà du 31 janvier, laissant planer le risque de matches non-diffusés en février, en particulier le "classique" Marseille-Paris SG du 7 février.

Cette initiative de Mediapro intervient dans un moment agité pour le football français et ses diffuseurs.

La Ligue a validé le principe d'un appel d'offres pour réattribuer ses droits vacants, une procédure qui risque de courir jusqu'en février. Et pour assurer une diffusion dans l'intervalle, plusieurs chaînes ont fait part de leur intérêt: Canal+, via un processus de "pay per view" (paiement à l'acte), mais aussi M6 et TF1, de manière gratuite, ainsi que, selon la presse, le groupe public France Télévisions.

Dans sa proposition adressée ce week-end à la Ligue, Mediapro a par ailleurs précisé qu'il comptait transférer "l'ensemble de ses revenus à la Ligue", après déduction des coûts opérationnels, selon une source ayant connaissance du dossier. "Cette proposition peut également couvrir l'hypothèse d'un appel d'offres partiel, où une partie des rencontres ne trouverait pas preneur", indique-t-on de même source.

Le groupe dirigé par Jaume Roures, qui revendiquait en octobre 600.000 abonnés, avait initialement acheté les droits de 80% de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour un montant record dépassant les 800 millions d'euros par an. Mais Mediapro a cessé d'honorer ses versements à partir d'octobre, plongeant le football professionnel français dans une ère de profonde incertitude en attendant un nouveau diffuseur.