Vendée Globe: Burton repasse Dalin en tête mais Hermann reste en embuscade

4 mn
Publicité

Paris (AFP)

A trois jours de l'arrivée prévue aux Sables d'Olonne, Louis Burton (Bureau Vallée 2) a repris dimanche midi la place de leader du Vendée Globe à Charlie Dalin (Apivia), mais leur poursuivant Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco), pourvu d'un bonus de temps, s'accroche.

Le mano a mano acharné qui s'est engagé entre les deux navigateurs français depuis dix jours ne cesse de connaître de nouveaux rebondissements et on s'achemine vers la fin de course la plus serrée de l'histoire de l'épreuve.

De quoi donner du baume au cœur des organisateurs malgré l'absence de spectateurs aux Sables d'Olonne en raison de la pandémie. Ils avaient été environ 350.000 à assister au triomphe d'Armel le Cléac'h en 2017.

Pointé à 15 milles nautiques (27,8 km) de Dalin sept heures plus tôt, Burton compte désormais 5,4 milles nautiques d'avance (10 km) sur Dalin.

De son côté, Hermann a légèrement grappillé sur la tête de course et se retrouve à 44,7 nm (82,7 km).

Et le skippeur allemand dispose d'un avantage de taille puisqu'il bénéficiera à l'arrivée de six heures de compensation, pour avoir participé début décembre au sauvetage de Kevin Escoffier.

"Tout va bien à bord, je me sens bien et je regarde vers l'avant. Trois jours, trois jours seulement...", savoure Hermann.

S'il reste au contact des deux hommes de tête, jusqu'à mercredi, jour estimé de l'arrivée, il pourrait bien être sacré sans avoir franchi la ligne en tête et devenir le premier étranger à s'imposer dans la mythique course en solitaire autour du monde sans escale.

"Les nuits sont incroyablement longues, elles durent entre 13 et 14 heures. D'une certaine manière, cela aide un peu à dormir, mais c'est aussi étrange", a estimé l'Allemand.

- Option Nord pour Bestaven -

"Le programme à suivre, c'est d'empanner, puis d'assécher la cale à l'arrière où j'ai un tout petit peu d'eau qui arrive du système de direction. Ce n'est vraiment pas grand-chose mais avec le temps, ça s'accumule. Je n'ai plus d'éponge, elle s'est désintégrée. Je vais utiliser un tee-shirt", a-t-il détaillé.

Dalin lui ne s'avoue pas vaincu. "On est au contact à distance!", a-t-il souligné dimanche matin au sujet de son duel avec Burton.

"On est au contact mais on navigue dans des zones différentes, c'est comme ça avec Louis (Burton) depuis déjà un moment", a rappelé le skippeur de 36 ans, qui note évidemment que "Boris (Herrmann) a réussi à revenir aussi".

"J'ai un peu moins de vent devant, je commence à buter un peu à l'avant du système", a expliqué le Havrais.

"De temps en temps, j'ai des petites pertes de force de vent. Il y a encore de quoi faire! Je préfère être là que derrière", a assuré Dalin, qui reste positif.

En quatrième position, Thomas Ruyant se trouve à 106 nm (196 km) de la tête.

Longtemps leader mais désormais cinquième, Yannick Bestaven (Maître Coq IV) se trouve à 163 nm (301 km) de Burton mais il aura à l'arrivée un bonus de temps de 10 heures et 15 minutes.

"Je vais essayer de dormir un peu car avec le passage du front en début de nuit, j'ai eu peu de repos", a-t-il confié.

"J'avais des grains à plus de 30 nœuds. Je suis un peu surtoilé. Ça avance bien", s'est réjoui Bestaven.

"Mes routages me font dire qu'on va tous arriver en même temps donc autant tenter une option en allant nord plutôt que de suivre le troupeau", a-t-il dévoilé.

"Et puis, je n'ai pas envie de passer dans les dévents des Açores. Ça met un peu de piment", a prévenu le natif de Saint-Nazaire.