Transferts: des Qataris à Abramovitch, Tuchel repart déjà au front

Paris (AFP) –

Publicité

Raide avec ses dirigeants, souple avec ses stars, Thomas Tuchel rebondit un mois après son éviction sèche du Paris SG à Chelsea, où il va se frotter à Roman Abramovitch et retrouver Thiago Silva.

En frottant sa méthode au championnat anglais, "TT" va aussi recroiser Jürgen Klopp, auquel il est souvent comparé...

Après avoir succédé à l'actuel coach de Liverpool sur les bancs de Mayence (de 2009 à 2014, Klopp étant parti en 2008) puis au Borussia Dortmund (de 2015 à 2017), Tuchel, 47 ans, va le croiser en Premier League. Leur choc est programmé le 20 mars à Anfield.

L'ex-coach du PSG, passionné de tactique, de vidéo et de tableau noir, aura eu un peu de temps pour poser sa patte sur le jeu des "Blues".

A Stamford Bridge, il débarque dans un vestiaire solide mais sans star mondiale du calibre de Neymar ou Mbappé.

Et la plus connue d'entre elles est déjà dans sa poche: Thiago Silva, qui fut son capitaine adoré au PSG. Tuchel s'est même opposé au départ du Brésilien cet été. En vain.

Un conflit, une opposition avec ses dirigeants ? C'est un peu le fil rouge de la carrière du coach souabe, natif de Krumbach.

Parti un an avant la fin de son contrat à Mayence, il a aussi quitté le Borussia fâché.

- "Triste ou fâché" -

Tuchel reprochait à ses dirigeants leur manque de soutien après l'attentat contre le bus des joueurs avant le quart de finale de Ligue des champions contre Monaco (le match avait été décalé au lendemain, contre l'avis d'un vestiaire traumatisé).

Il était mécontent également de la politique des transferts.

Au PSG, c'est sa liberté de ton pour évoquer son désaccord sur le mercato, déjà, et son opposition frontale à Leonardo, le directeur sportif, qui lui ont coûté sa place.

S'il a gagné sa "guerre" avec son premier directeur sportif parisien, Antero Henrique, débarqué en juin 2019, il a perdu celle avec Leonardo, qui a obtenu sa tête juste avant Noël après pourtant une belle victoire contre Strasbourg (4-0).

Malgré deux titres de champions et le meilleur résultat du PSG en C1 - la finale perdue en août contre le Bayern Munich (1-0) - Tuchel a payé sa franchise et son refus des concessions, comme l'épisode Danilo Pereira (milieu replacé en défense) et Marquinhos (défenseur replacé au milieu).

Le déclic s'est apparemment produit lors d'un entretien à la télévision allemande, où Tuchel regrettait un certain manque de reconnaissance.

Son PSG était à "un match de gagner la Ligue des champions, disait-il. Et nous n'avons jamais eu le sentiment que nous avions convaincu les gens et qu'ils reconnaissaient notre performance. Parfois, cela vous rend un peu triste ou fâché."

- "On est bien avec lui" -

La comparaison avec le charismatique Klopp met également en lumière ce qui manque à Tuchel: l'amour des supporters.

"Klopp veut être une idole. Tuchel, lui, ne s'intéresse pas au marketing, à son image. Il est intéressé par son travail, il veut être jugé pour son travail et seulement ça", décrypte Daniel Meuren, auteur d'une biographie sur le tout nouveau technicien de Chelsea.

Sa modeste carrière de défenseur, elle, avait rapidement été interrompue par les blessures. Il a appris son métier à la force du poignet, en partant des équipes de jeunes de Stuttgart.

En France, il cachait mal son agacement voire son mépris face à certaines questions des journalistes. Un jour il a demandé à l'un d'eux s'il avait les "c..." d'interroger les joueurs sur leur état de forme.

Mais ses joueurs semblaient derrière lui. Au PSG, "il est arrivé à créer un groupe très solide. C'est un entraîneur jeune, il a des idées, un très bon caractère avec nous. On est bien avec lui", résumait le milieu Marco Verratti.

"Gérer une trentaine de joueurs, avec beaucoup de joueurs importants, c'est difficile. Il a réussi à créer un bon rapport avec tout le monde", assurait l'Italien.

Il va pouvoir se remettre à l'ouvrage, après, finalement, une très courte période de chômage.

Après son éviction du Borussia Dortmund, il avait passé un an sans banc en 2017-2018. Il avait déjà été annoncé à Chelsea, entre autres.

Tuchel avait déjà pris une première année sabbatique (2014-2015) après son explosion à Mayence. Cette fois, pas de place pour le surplace.