Rugby : statu quo pour le Tournoi des six nations

Paris (AFP) –

Publicité

Malgré la résurgence de la pandémie de coronavirus, le Tournoi des six nations (6 février-20 mars) maintient l'organisation telle qu'elle a été prévue. Jouer les matches dans un seul lieu n'est pas une option, l'unique alternative étant un report mais pas non plus envisagé "à l'heure actuelle".

. Pourquoi la proposition de "bulle" fait-elle pschitt?

Le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti a proposé de disputer l'ensemble des matches à l'Arena de Nanterre, l'enceinte du club francilien dont il est également propriétaire. "Mais il n'en a jamais été vraiment question", a tranché le directeur général du Tournoi, le Français Benjamin Morel, mercredi lors d'un point presse en visioconférence. Les raisons? "On pense que d'un point de vue du protocole et de la sécurité, chaque fédération a son propre camp d'entrainement sécurisé" et "des engagements commerciaux en termes de visibilité de stade", a-t-il expliqué. Et le fait de jouer dans plusieurs pays est ancrée dans l'histoire de la compétition. "L'une des choses importantes des six nations, c'est qu'il y a des matches à Cardiff, à Dublin...", a ainsi souligné Benjamin Morel. Interrogé dimanche, le président de la Fédération française de rugby (FFR) Bernard Laporte avait déjà affirmé que l'alternative de jouer dans un seul lieu, n'avait "jamais été étudiée".

. Quel plan B?

Le report est la seule alternative possible à ce stade, même si "on ne l'envisage pas à l'heure actuelle", a souligné Benjamin Morel. "Toute autre option peut être envisagée en fonction des contraintes futures mais pour l'instant on est concentré sur l'organisation telle qu'elle est prévue", a insisté le directeur général du Tournoi. C'est d'ailleurs l'option qui a été retenue pour le Tournoi féminin. Après l'annonce de son report mi-janvier (et de l'édition des U20), les organisateurs espèrent bénéficier d'une fenêtre de tir "le plus tôt possible", a expliqué Benjamin Morel. Peut-être au printemps prochain. La sélectionneuse du XV de France féminin Annick Hayraud avait indiqué, mi-janvier, que desAnnick Hayraud réflexions étaient en cours pour "faire le Tournoi en mai", ajoutant que la FFR ferait "une proposition en ce sens". Rappelons que les derniers matches des éditions 2020 masculine et féminine s'étaient déroulés à l'automne.

. Des dérogations pour les Britanniques à leur arrivée en France?

Le directeur général du Tournoi a également indiqué attendre des "clarifications" du gouvernement français à propos d'une éventuelle dérogation à la septaine imposée à l'arrivée sur le territoire, laquelle concernerait les équipes britanniques. A leur arrivée en France, les voyageurs en provenance d'un pays extérieur à l'espace européen doivent non seulement présenter le résultat négatif d'un examen biologique de dépistage virologique (RT-PCR) "réalisé moins de 72 heures avant le vol" mais aussi s'engager "sur l'honneur" à s'isoler pendant sept jours une fois arrivés, selon le site internet du Quai d'Orsay. "On attend une clarification sur quelles sont les personnes concernées ou non concernées par rapport à cette septaine, au même titre que les autres événements sportifs qui bénéficient de ce genre d'exemptions", a expliqué Benjamin Morel. Cette demande doit être examinée en conseil interministériel de crise et dépendra aussi forcément de l'évolution de la pandémie. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué que "différents scénarios" étaient à l'étude allant "du maintien du cadre actuel jusqu'à un confinement très serré". Mais ces dérogations concernent des matchs qui auront lieu "fin février", a rappelé Benjamin Morel. La France doit en effet recevoir l'Ecosse le 28 février. L'équipe du pays de Galles, quant à elle, doit se rendre dans l'Hexagone le 20 mars pour la dernière journée du Tournoi.