Les Winter X Games 2021, ou le saut dans le vide causé par la pandémie

4 mn
Publicité

Los Angeles (AFP)

Pas de fans survoltés, pas de concerts, des épreuves supprimées et des stars absentes: les Winter X Games 2021, réduits de quatre à trois jours à cause de la pandémie de coronavirus, seront privés de leur caractère festif, de vendredi à dimanche à Aspen.

A quelques exceptions notables, le gratin du ski freestyle et du snowboard sera néanmoins au rendez-vous dans la station du Colorado, où pour la 20e année consécutive se déroulera la grand-messe des sports extrêmes hivernaux.

Et s'ils feront tout pour assurer le spectacle, ce sera sans l'électricité qui les pousse aux exploits les plus fous, dans un grand silence et en respectant au mieux le protocole anti-Covid mis en place.

Habituellement, ce sont quelque 100.000 personnes qui viennent assister aux compétitions sur le domaine skiable de Buttermilk. Mais cette année, compte tenu des précautions prises face à la pandémie, qui continue d'être galopante aux Etats-Unis, "chaque zone réservée aux différentes épreuves n'accueillera pas plus de 50 personnes travaillant ou participant à l'événement en même temps", selon Danny Chi, porte-parole du diffuseur ESPN.

Pour satisfaire un maximum le public devant sa télévision, la chaîne a prévu plusieurs plateformes de visionnage, dont une virtuelle visant à offrir une expérience immersive et interactive.

- Sans McMorris ni Ledeux -

Au total, 85 sportifs ont été invités à participer aux 14 épreuves de ski et de snowboard au programme, mais le plus titré d'entre-eux a dû renoncer. Le snowboarder Mark McMorris, qui compte 20 médailles, 9 en or, 8 en argent et 3 en bronze, en big air et slopestyle, a en effet contracté le virus.

Double médaillé de bronze aux Jeux olympiques, le rider canadien de 27 ans, qui a dépassé le légendaire Shaun White l'an passé, a été testé positif à son retour de l'étape suisse de Coupe du monde de Laax disputée le week-end dernier.

A ce coup dur pour l'évènement, s'est ajoutée l'absence de la skieuse Tess Ledeux qui ne pourra pas défendre son titre remporté l'an passé en Big Air. La Française de 19 ans a renoncé à se rendre dans les Rocheuses en raison "d'un problème familial".

Les chances tricolores pour une médaille reposeront donc sur le seul Antoine Adelisse, qui avait fini au pied du podium l'an passé en Big Air, avant de remporter sa première médaille d'or dans cette épreuve, à l'édition norvégienne des X Games en mars.

- Pas d'épreuves motorisées -

"On est une discipline qui a l'habitude de faire le show, donc à huis clos ce sera différent. Mais les coureurs seront les mêmes et le niveau sera aussi élevé que d'habitude", assure-t-il à l'AFP.

"Le contexte sera différent mais je reste un athlète et je suis là avant tout pour la performance", a insisté celui qui espère "réaliser de nouveaux sauts encore jamais vus".

Huit à dix riders seront engagés dans chaque discipline, dont ils disputeront directement les finales, faute de tours éliminatoires. A noter que les épreuves de motoneige et de motocross ont elles été annulées.

Mais ces X Games "light" ont un grand mérite: celui de constituer le premier évènement de taille pour les sports d'hiver en Amérique du Nord.

La semaine passée, la ville canadienne de Calgary a en effet renoncé à accueillir des épreuves des Mondiaux de ski freestyle et de snowboard, en raison de la crise sanitaire. Elle s'était portée candidate après que la Chine, où devait avoir lieu initialement l'évènement, du 18 au 28 février 2021 à Yanqing sur le site des Jeux d'hiver 2022 de Pékin, a jeté l'éponge à cause de la pandémie.

Depuis le forfait canadien, la Fédération internationale de ski cherche des solutions de repli.