Prada Cup: Luna Rossa affrontera Ineos Team UK en finale

3 mn
Publicité

Auckland (AFP)

L'équipage italien Luna Rossa, archi-dominateur face à de très malchanceux Américains, a gagné le droit samedi d'affronter en finale Ineos Team UK, après avoir remporté quatre manches à zéro la demi-finale de la Prada Cup en baie d'Auckland.

La finale, qui débutera à partir du 13 février, se jouera au meilleur des 13 manches et désignera l'adversaire du Team New Zealand dans la Coupe de l'America dont les Kiwis sont tenants du titre, du 6 au 21 mars.

American Magic, le monocoque du prestigieux New York Yacht Club (NYYC), est complètement passé à côté de sa demi-finale.

Le 17 janvier, le bateau avait été renversé par une violente rafale de vent dans le port d'Auckland, le faisant chavirer, occasionnant un trou béant dans la coque et jetant son équipage à l'eau.

Les Américains avaient depuis entamé une course contre la montre afin de réparer au mieux et au plus vite la structure de leur bateau, ainsi que tout le système électronique à bord, pour être prêts à affronter leur concurrent italien.

Après avoir été aisément défait vendredi lors des deux premières régates face à Luna Rossa, le défi américain a de nouveau été dominé lors de la troisième manche samedi.

Dans la quatrième, alors qu'il devait absolument l'emporter pour rester dans la course, puisque la demi-finale se jouait au meilleur des sept, leur équipement défaillant a entraîné de graves problèmes de direction, précipitant leur élimination.

"Et à présent, place à Ineos les gars!", s'est exclamé le barreur de Luna Rossa, Jimmy Spithill, après la victoire finale sur American Magic avec 3 minutes et 51 secondes d'avance.

Le tacticien du défi italien, Francesco Bruni, a quant à lui confié que désormais "l'odeur de la revanche" lui venait aux narines, et qu'il avait hâte d'affronter à nouveau Ineos Team UK, barré par le légendaire Ben Ainslie.

"Je suis très fier de l'équipage parce qu'ils ont accompli des progrès énormes par rapport au week-end dernier", a-t-il affirmé.

"Si nous continuons à améliorer nos performances avec le bateau, et notamment notre vitesse, la compétition devrait bien se passer face à Ben" Ainslie, a ajouté Bruni.

Le capitaine d'American Magic, Terry Hutchinson, a pour sa part qualifiée leur sortie prématurée de la Prada Cup de "brutale", particulièrement au vu des efforts fournis pour réparer à temps leur bateau après son chavirage.

"C'est très décevant de finir ainsi, de cette manière, car nous savons que nous pouvons faire mieux que ça", a-t-il estimé.

Cette sortie est d'autant plus vexante que pour ses 170 ans d'existence, l'America's Cup voyait cette année le grand retour du New York Yacht Club, à l'origine de la légende de cette épreuve sur laquelle il a régné sans partage de 1851 à 1983.

Fondé en 1844, le NYYC n'avait plus participé à la Coupe ni à ses éliminatoires depuis 2003.