XV de France: les septistes en renfort

Paris (AFP) –

Publicité

Les entraînements à quarante-deux, c'est terminé, mais les joueurs du XV de France ont pu compter sur leurs homologues du rugby à sept lors d'une opposition menée sous la pluie, point d'orgue de la journée de samedi à Nice.

A une semaine du match d'ouverture du Tournoi des six nations, face à l'Italie à Rome le 6 février, la Fédération (FFR) et la Ligue (LNR) ont officialisé un nouvel accord afin de réduire le groupe. Actuellement vingt-huit dans leur bulle niçoise, les Bleus ne pourront pas être plus de trente-et-un jusqu'à la fin de la compétition (20 mars).

Une décision prise pour réduire les allers-retours des joueurs entre Nice et les clubs et ainsi limiter les risques de contamination au coronavirus. "Mais aujourd'hui on a la chance d'avoir l'équipe de France à VII (également en stage dans les Alpes-Maritimes) qui participe à nos entraînements. Donc on arrive à combler ce manque de joueurs", a expliqué le troisième ligne bordelais Cameron Woki, lors d'un point presse en visioconférence.

Les septistes français, sevrés de compétition depuis près d'un an du fait du contexte sanitaire, avaient déjà été mis à contribution d'octobre à décembre à Marcoussis, où le XV de France avait préparé les tests automnaux.

Samedi, la journée avait été placée sous le signe de la "haute intensité", selon les termes de l'encadrement. Avant l'opposition "à balles réelles", les vingt-huit quinzistes français ont travaillé par petits groupes le matin avec une bonne dose de jeu.

Après le déjeuner: soins, massages puis point presse pour Woki, le deuxième ligne montpelliérain Paul Willemse, ainsi que deux Toulonnais, l'ouvreur Louis Carbonel et l'ailier Gabin Villière.

Dimanche, les Bleus subiront notamment une nouvelle série de tests de dépistage du Covid-19, la troisième depuis leur arrivée à Nice dimanche dernier.