Cyclo-cross, Van Aert ou van der Poel: à qui le tour ?

Ostende (Belgique) (AFP) –

Publicité

Le Belge Wout van Aert et le Néerlandais Mathieu van der Poel, tous deux triples champions du monde de la discipline ces six dernières années, se disputent dimanche dans le sable d'Ostende, le titre mondial de cyclo-cross, qui, sauf énorme surprise, ne devrait pas leur échapper.

Le Tchèque Zdenek Stybar, présent sur la "Reine des Plages", et dernier vainqueur (en 2014) non issu des plats pays, est fataliste": sauf incident mécanique ou chute, je ne vois pas comment le titre pourrait leur échapper.

Le duel entre le Belge, dernier vainqueur (sur route) de Milan-San-Remo, et le Néerlandais, vainqueur du Tour des Flandres 2020, sera passionnant.

A qui le parcours sera-t-il le plus favorable entre les deux athlètes de 26 ans ?

Les quelques fans qui ont tenté vendredi et samedi de scruter, au loin, des reconnaissances fermées au public pour cause de Covid (ce sera aussi le cas de la course), sous un crachin désagréable, ont découvert un parcours de 2900 mètres en deux parties.

Physique d'abord. Avec 600 mètres dans le sable rendu lourd par la marée montante de la mer du Nord, un pont impressionnant (135 mètres à 21%) et la pluie qui tombait depuis 48 heures. Puis plus technique, sur l'hippodrome, certes boueux mais beaucoup plus roulant.

"A priori, le plus gros moteur de Van Aert devrait le favoriser mais Mathieu semble être en très grande forme et sera avantagé par sa technique dans l'hippodrome. Aucun doute toutefois: les deux coureurs seront dans le rouge durant une heure", note l'ancien champion du monde Sven Nys.

Bref, l'issue est indécise et les deux champions se renvoient la pression.

Champion du monde sortant, "VDP", le petit fils de Raymond Poulidor s'est imposé neuf fois cet hiver, tandis que Van Aert l'a emporté à cinq reprises. Dans leurs confrontations directes, le Néerlandais mène (5-3) mais c'est le coureur de la formation Jumbo qui a remporté la Coupe du monde de cyclo-cross.

Alors qui ? La marée haute qui interviendra 25 minutes après le départ va favoriser le gros moteur de Van Aert, estime Nys. Et sur place, les spécialistes promettent une marée "forte". La suite, hors sable, serait plus favorable au coureur d'Alpecin.

"Nous sommes au-dessus du lot, admet Van Aert, mais je pense que pour le moment Mathieu a un petit quelque chose en plus. Il est donc le favori".

"VDP", fils d'Adrie van der Poel (ancien spécialiste des labourés), se dit "satisfait de (sa) condition). Mais il prévient: "C'est un parcours qui nous convient à tous les deux. Selon moi, cela se jouera dans le sable. Il faudra pousser. On pourra y gagner 20 secondes et les reprendre le tour suivant".

Et en cas de défaillances des deux cadors, ils seront peu nombreux à viser le maillot arc-en-ciel, le Britannique Tom Pidcoch faisant figure de principal trouble-fête.