Top 14: le retour de Macalou bonifie le Stade français contre Castres

Paris (AFP) –

Publicité

Après deux lourdes défaites, le Stade français s'est relancé en obtenant un succès bonifié contre Castres (29-9) grâce à deux essais du revenant Sekou Macalou en fin de match, dimanche lors de la 15e journée de Top 14.

Outre les éclairs de son troisième ligne international, qui n'avait plus joué depuis début décembre, les Parisiens ont su profiter des approximations et de l'indiscipline de Castrais, sanctionnés de deux cartons jaunes.

Ils ont fait la différence en s'appuyant aussi sur le jeu au pied de leur ouvreur Joris Segonds, dans un match de temps à autre soporifique.

Ce succès, le sixième d'affilée à domicile, permet aux hommes de Gonzalo Quesada, de revenir à hauteur de Lyon à la septième place et à deux points du wagon de la phase finale.

Castres reste onzième, avec sept points d'avance sur la zone rouge, et jouera deux matches importants en vue du maintien lors des deux prochains week-ends, contre Bayonne puis Montpellier.

Les conditions météorologiques, avec une pluie abondante, n'ont pas aidé les deux équipes mais cette fois-ci les Soldats roses - qui jouaient en bleu - n'ont pas pris l'eau comme lors de leurs deux dernières sorties, à Toulouse (48-24), leader, puis Toulon (35-13).

Après une première demi-heure plutôt terne, le troisième ligne Pablo Matera a surgi à 10 mètres de ligne d'en-but pour casser la ligne et concrétiser une bonne construction parisienne.

Un premier essai en Top 14 qui devrait redonner du baume au coeur au capitaine de l'Argentine, secoué fin 2020 par l'affaire de ses anciens tweets racistes, exhumés en plein Rugby Championship en Australie.

Au retour des vestiaires, Matera a reçu un carton jaune et offert une pénalité à Castres, transformée par son compatriote Benjamin Urdapilleta (13-6).

Le jeu s'est équilibré mais les Parisiens ont bien tenu en défense et ont fait la différence en mêlée. Les Castrais, privés de plusieurs joueurs dont le N.8 Anthony Jelonch, en stage à Nice avec le XV de France, n'ont pas réussi à combler leur retard.

Segonds a redonné de l'air à son équipe à moins de vingt minutes en réussissant deux autres pénalités précieuses.

Puis Macalou, entré en seconde période, a surgi par deux fois pour mettre le Stade français à l'abri et lui offrir le bonus offensif.