Mission en Chine: l'OMS montre une certaine exaspération envers les critiques

3 mn
Publicité

Genève (AFP)

L'un des plus hauts responsables de l'OMS a laissé poindre lundi son exaspération face à ceux qui critiquent sans cesse la mission d'experts de l'agence dépêchée en Chine pour tenter de découvrir l'origine de la pandémie de Covid-19.

"C'est une attitude responsable de dire que vous n'accepterez pas un rapport avant même qu'il ne soit écrit ? De dire que vous avez des renseignements mais que vous ne les fournissez pas ?", a lancé, sur un ton agacé, le directeur chargé des questions d'urgence sanitaire à l'Organisation mondiale de la santé, Michael Ryan, lors du point de presse bi-hebdomadaire de l'OMS à Genève.

"Il nous faut reconnaître qu'à l'heure qu'il est, la communauté internationale a une équipe sur le terrain", a-t-il lancé, rappelant que ce sont les pays membres qui en ont lancé les bases.

M. Ryan répondait à une question évoquant notamment les critiques du chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, qui a vertement critiqué l'attitude de la Chine lundi.

"Encore aujourd'hui, la Chine est loin de faire ce qu'il faut quand il s'agit de fournir des informations dont la communauté internationale a besoin, et d'assurer que les experts ont accès à la Chine", a accusé M. Blinken, lors d'un entretien sur la chaîne NBC.

"Tout ce manque de transparence, cette incapacité à se montrer ouvert est un problème considérable", a-t-il souligné.

Une équipe d'experts de différentes spécialités scientifiques, internationalement reconnus, a commencé son enquête sur le terrain à Wuhan en Chine vendredi pour tenter de déterminer l'origine de la transmission du virus responsable du Covid-19 à l'homme.

Après deux semaines de quarantaine, ils ont visité l'hôpital où ont été soignés les premiers malades de ce qui devait devenir le Covid-19 avant de se rendre sur les lieux où se tenait le marché où la transmission aurait pu se faire.

M. Ryan a expliqué "qu'il y avait du progrès mais que toutes les réponses pourront peut-être être trouvées, mais peut-être pas".

"Comme dans toute enquête sur une maladie infectieuse, au fil des informations que vous accumulez vous obtenez des réponses. Et ensuite cela pose plus de questions, c'est un polar", a-t-il martelé.

Sa collègue, Maria Van Kerkhove, la responsable technique à l'OMS de la lutte contre le Covid-19, a affirmé notamment que les experts visiteront bien le fameux Institut de virologie de Wuhan, que l'administration Trump voyait comme le foyer initial d'où le virus se serait échappé.

Cette visite est ultra-sensible pour le régime chinois, soucieux d'écarter toute responsabilité dans l'épidémie et d'importance aussi pour l'OMS accusé parfois d'être trop indulgente avec Pékin.