Mondial de hand: la bulle égyptienne, succès politique malgré couacs et doutes

4 mn
Publicité

Le Caire (AFP)

Le premier Mondial de handball à 32 équipes a pu aller à son terme en Egypte, malgré la crise sanitaire qui l'a mis sous cloche et privé de public. Une expérience brandie en exemple par le CIO alors que le doute plane toujours sur les Jeux de Tokyo.

"Ensemble, nous avons joué une symphonie réussie": les équipes médaillées dans son dos, les caméras face à lui, le président égyptien de la Fédération internationale de handball (IHF) Hassan Moustafa a savouré l'instant dimanche, au milieu des 17.000 sièges vides du palais des sports du Caire.

Le Mondial qu'il s'était battu pour maintenir coûte que coûte vient de s'achever par une superbe finale et un deuxième titre consécutif pour les Danois, vainqueurs en finale des Suédois 26 à 24.

Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO), était opportunément présent pour saluer le bon fonctionnement d'une bulle de 3.000 personnes, avec des tests quotidiens pour les délégations sportives, tous les trois jours pour les autres participants.

Tout sauf un hasard, alors que les inquiétudes sur la bonne tenue des Jeux de Tokyo (23 juillet-8 août), déjà reportés de 2020 à 2021, persistent.

L'Egypte "a vraiment donné l'exemple en matière d'organisation d'un grand événement sportif en temps de pandémie, a souligné le patron du CIO. Ce sera une expérience profitable pour les Jeux olympiques de Tokyo".

Malgré l'absence de public, une mesure prise au dernier moment et à reculons par Le Caire, le spectacle comme les grandes nations ont été au rendez-vous.

Ironie du sort, le seul cador à avoir recensé un cas positif - le Danemark avec Emil Jakobsen - termine en haut du podium.

- La galère du Cap-Vert -

Jusqu'à son test négatif qui lui a permis de retrouver son groupe, le jeune ailier gauche a passé une petite semaine à l'isolement dans un hôtel hors bulle sanitaire.

Comme l'équipe du Cap-Vert, venue en Egypte avec onze joueurs seulement après une contamination massive au Covid-19. Et qui, compte tenu de la semaine de galère vécue, regrette peut-être de n'avoir pas déclaré forfait, comme la République tchèque et les Etats-Unis à la veille du match d'ouverture.

Avec onze joueurs au lieu de seize sur la feuille de match, le Cap-Vert a pu jouer sa première rencontre face à la Hongrie (27-34). Pour se protéger d'une contamination, les Hongrois ont aligné en priorité les joueurs qui avaient déjà contracté le Covid-19 et présentaient donc peu de risques de recontamination. Une information confirmée à l'AFP par leur chef de délégation.

Deux nouveaux joueurs cap-verdiens ont ensuite été testés positifs, faisant passer l'équipe sous le seuil minimal de dix pour être autorisée à jouer, ce qui l'a obligée à se retirer de la compétition.

Selon son ailier Leandro Semedo, le Cap-Vert a pourtant fait venir deux renforts au Caire, mais les organisateurs ont quand même contraint le représentant africain à déclarer forfait sous la pression des autres délégations.

"Ils nous ont traités comme des animaux, enfermés dans la chambre d'hôtel", a fustigé Semedo.

- Doutes sur les tests -

Hors Danemark et Cap-Vert, aucun test positif n'a été recensé. Mais le système de dépistage était-il fiable? Le test positif du pivot allemand Johannes Golla à son retour d'Egypte pose une question à laquelle les prochains jours, avec le retour des quatre demi-finalistes, apporteront une réponse.

Pendant que les désinfecteurs en tenue de protection pulvérisaient les bancs de touche à chaque mi-temps, la réalité était différente dans les quatre hôtels transformés en bulle sanitaire. La rigueur des tests pratiqués et leur suivi ont laissé à désirer, comme le respect des gestes barrières dans l'hôtel où les journalistes pouvaient croiser les joueurs dans les ascenseurs ou au bord de la piscine.

C'est là que la Slovénie dit avoir subi une intoxication alimentaire massive - douze joueurs selon sa fédération - qui l'a empêchée de défendre pleinement ses chances face au pays-hôte (25-25), et a entraîné son élimination.

En dehors des accusations slovènes, l'organisateur égyptien a finalement donné satisfaction grâce au travail et sens de l'hospitalité des employés et bénévoles. Dont peuvent témoigner les chats présents dans les gradins des salles, spectateurs uniques d'un Mondial qui le fut tout autant.