Six nations: Le XV de France a "bien répondu présent" en Italie, salue Galthié

Le sélectionneur de l'équipe de France de rugby, Fabien Galthié, lors d'une conférence de presse, le 4 décembre 2020 à Marcoussis
Le sélectionneur de l'équipe de France de rugby, Fabien Galthié, lors d'une conférence de presse, le 4 décembre 2020 à Marcoussis Anne-Christine POUJOULAT AFP/Archives
2 mn
Publicité

Rome (AFP)

Le XV de France "a bien répondu présent" pour son premier match du Tournoi des six nations face à l'Italie (50-10), samedi à Rome, a apprécié son sélectionneur Fabien Galthié, heureux d'avoir de la "matière" pour le prochain rendez-vous en Irlande.

Q: Ce large succès est-il un soulagement ?

R: "Soulagement, je n'utiliserai pas ce mot. Disons que nous sommes heureux d'être entrés dans la compétition, nous jouons et c'est ce que nous souhaitions. On s'est bien préparés et on a réussi à repondre présent sur ce rendez-vous. On a plutôt de l'appétit, et on est plutôt rassasiés."

Q: Etes-vous satisfait au niveau de la discipline?

R: "C'est toujours difficile de trouver l'équilibre entre l'engagement, la férocité et le contrôle. Nous pensons que ce point va s'améliorer de manière exponentielle, petit à petit, à force de travail. La discipline n'est pas un domaine à part du rugby. Nous avons baissé de 50% (les erreurs de discipline) dans un secteur mais on peut avoir des améliorations dans d'autres secteurs, notamment la mêlée où on peut faire mieux. C'est plus un problème de discipline que de force collective."

Q: On sent l'équipe de France très froide, très réaliste. Est-ce le secteur dans lequel elle a le plus progressé?

R: "Le prochain rendez-vous permettra de répondre à cette question. L'important c'était de bien répondre présent et nous l'avons fait. Nous sommes des Latins et les rapports sont particuliers entre Latins quoi qu'on en dise. Il n'y a pas de match facile et d'ailleurs on l'a vu sur la fin où on aurait pu continuer à accélerer notre rugby et on s'est trompé. On l'a payé par cet essai mais ce qui est bien c'est qu'on a de la matière."

Propos recueillis en conférence de presse