Mondiaux de ski alpin: Shiffrin détient la clef de l'énigme

L'Américaine Mikaela Shiffrin, à l'arrivée de la seconde manche du géant de Coupe du monde, le 16 janvier 2021 à Kranjska Gora (Slovénie)
L'Américaine Mikaela Shiffrin, à l'arrivée de la seconde manche du géant de Coupe du monde, le 16 janvier 2021 à Kranjska Gora (Slovénie) Jure Makovec AFP/Archives
4 mn
Publicité

Cortina d'Ampezzo (Italie) (AFP)

Plutôt discrète mais pas larguée depuis le début de saison, l'Américaine Mikaela Shiffrin peut-elle redevenir, aux Mondiaux de ski alpin de Cortina d'Ampezzo, l'insatiable championne qui a dominé le circuit de 2017 à 2019 et compte déjà sept médailles mondiales?

L'ouverture de la compétition avec le combiné femmes lundi devait apporter un début de réponse, mais la course a été annulée à cause de la météo et sa reprogrammation n'a pas encore été annoncée.

L'Américaine débutera les Mondiaux mardi donc avec le super-G, qu'elle avait remporté en 2019 à Are (Suède). Une époque qui semble lointaine alors qu'elle n'a plus disputé de course de vitesse depuis plus d'un an.

C'était à Bansko (Bulgarie) fin janvier 2020, un super-G qu'elle avait remporté, mais qui avait marqué la fin d'une ère. Les ennuis se sont accumulés ensuite pour l'Américaine avec le décès de son père dans un accident domestique, des courses zappées, puis la pandémie de Covid-19 et des problèmes au dos qui ont resurgi.

Après trois victoires dans le classement général entre 2017 et 2019, elle a perdu l'hiver dernier le gros globe de cristal face à l'Italienne Federica Brignone, puis débuté la saison 2020/21 de façon plus discrète, en disputant seulement les slaloms et les géants.

"Je n'ai jamais vécu une telle année. Mais je pense à long terme, c'est pas mal d'avoir une année un peu plus +normale+", a-t-elle expliqué lors d'un point presse.

"Je ne veux pas penser à ce que l'on attend de moi. Certes, c'est bien que les gens aient des attentes par rapport à toi, ça veut dire que tu fais les choses bien. Mais je suis dans une position différente par rapport aux classements cette année. Je ne sais pas si ça change quelque chose pour la pression (avant les Mondiaux)", a souligné la skieuse de Vail (Colorado).

- "En capacité de skier vite" -

Les attentes accompagnent forcément les courses de l'Américaine, sur la route de tous les records avec 68 victoires en Coupe du monde, deux titres olympiques et cinq mondiaux (quatre en slalom, un en super-G) à seulement 25 ans...

Elle reste sur une édition 2019 extraordinaire à Are (Suède), avec les titres en super-G et slalom et le bronze en géant, un exploit qui semble difficile à reproduire avec son niveau de la saison.

En dix courses, elle est montée quatre fois sur le podium pour deux victoires, une en géant et une en slalom, un score timide par rapport à ses années fastes.

Attention cependant, elle n'a jamais fait pire que 6e, et sa "petite" saison par rapport à ses rivales qui ferraillent tous les week-ends pour le classement général laisse à penser qu'elle a pu monter en puissance tout au long de l'hiver.

"Je sais que je suis capable de skier vite, et que si je skie vite, je serai en capacité de gagner des médailles, prévient-elle. Des médailles, j'en ai déjà gagnées, je veux juste faire de mon mieux. Les chiffres... avoir 3, 4 ou 5 titres, je m'en fiche."

"Shiffrin est une athlète qui n'est pas perturbée par l'enjeu, qui skie aussi bien à l'entraînement qu'en compétition et sait se concentrer, même sans beaucoup de courses en vitesse, assure la Française Tessa Worley. Il lui manque des kilomètres mais le super-G est une discipline qui lui convient très bien. Elle fera partie des principales prétendantes."

L'Américaine a expliqué avoir eu quatre jours d'entraînement en vitesse avant les Mondiaux. Assez pour redevenir elle-même?