Kombouaré arrive au FC Nantes: "Je sais ce que je fais"

Le nouvel entraîneur du FC Nantes, Antoine Kombouaré, lors de sa présentation officielle, le 11 février 2021 au stade de La Beaujoire à Nantes
Le nouvel entraîneur du FC Nantes, Antoine Kombouaré, lors de sa présentation officielle, le 11 février 2021 au stade de La Beaujoire à Nantes Sebastien SALOM-GOMIS AFP
3 mn
Publicité

Nantes (AFP)

Antoine Kombouaré, nouvel entraîneur d'un FC Nantes à la dérive, a évoqué jeudi sa joie de retrouver son "club de cœur" tout en assurant qu'il était conscient de la difficulté de sa mission: maintenir en Ligue 1 une équipe en déroute.

"La pression, j'en ai toujours eu. Elle est importante et j'aime ça (...). Je suis un grand garçon, je sais ce que je fais", a déclaré l'ancien défenseur central des Canaris (1983-1990) lors de sa présentation à la presse.

Lui qui avait sauvé Dijon de la relégation en 2018 et Valenciennes à plusieurs reprises, a reconnu avoir accepté de relever le défi comme une "revanche personnelle" après son échec la saison dernière à Toulouse.

Le TFC était dernier de Ligue 1 à son arrivée et toujours dernier à son départ, début janvier 2020: "Je n'ai fait que 10 matches. On ne m'a pas laissé le temps de finir mon travail (...). Ici, on me donne la chance de rectifier le tir".

Contacté lundi soir par la famille Kita pour prendre les rênes du FC Nantes, dont il devient le 16e entraîneur (sans compter les intérims) depuis 2007, il a donné son accord mercredi, avec un contrat jusqu'à la fin de la saison et une prolongation automatique de deux ans uniquement en cas de maintien dans l'élite.

Il avait déjà refusé par deux fois dans le passé, a-t-il révélé, sans vraiment expliquer pourquoi la troisième fois aura été la bonne.

A ses côtés, Franck Kita, directeur délégué du club et fils de Waldermar Kita, a reconnu l'échec de Raymond Domenech, le pari surprise de la fin décembre, limogé mercredi après six semaines, sept matches et aucune victoire.

"La greffe n'a pas pris. Il faut savoir accepter ses erreurs. Il fallait réagir vite: il reste peu de matches, mais suffisamment pour se maintenir, a-t-il déclaré. Je pense qu'il faut juste une reprise en main avec un coach à poigne pour que ça aille mieux".

Tout en réfutant l'idée d'une "opération commando", Kombouaré a aussi parlé d'une "remise à plat" de l'équipe.

"Les joueurs sont au plus mal, en grande difficulté sportive et mentale, il faut être auprès d'eux, discuter, travailler", a-t-il expliqué. Tout en ajoutant: "Ils savent qu'ils sont mauvais, s'ils sont là, c'est un peu de leur faute aussi".

Pour marquer ce "nouveau départ", Kombouaré arrive aussi avec deux fidèles, Yves Bertucci comme adjoint et Michel Dufour comme préparateur physique. Patrick Collot et Cyril Moine, les tenants de ces deux fonctions jusqu'à présent, sont sur le départ, a confirmé Franck Kita.