Mondiaux de ski alpin: Faivre en or et Worley en bronze, les Bleus comblés sur le parallèle individuel

La joie du Français Mathieu Faivre, médaillé d'or du slalom parallèle aux Championnats du monde de ski alpin, à Cortina d'Ampezzo en Italie, le 16 février 2021
La joie du Français Mathieu Faivre, médaillé d'or du slalom parallèle aux Championnats du monde de ski alpin, à Cortina d'Ampezzo en Italie, le 16 février 2021 ANDREAS SOLARO AFP
3 mn
Publicité

Cortina d'Ampezzo (Italie) (AFP)

Avec le titre de Mathieu Faivre et le bronze de Tessa Worley, l'équipe de France a brillé mardi dans les épreuves parallèles à Cortina d'Ampezzo (Italie), les premières disputées dans l'histoire des Mondiaux en format individuel.

Sur un parcours une nouvelle fois décrié, Mathieu Faivre a battu en finale le Croate Filip Zubcic, le Suisse Loïc Meillard se contentant du bronze.

Chez les femmes, l'Autrichienne Katharina Liensberger et l'Italienne Marta Bassino, à égalité après les deux manches finales, se sont partagées le titre, Bassino offrant enfin à l'Italie la première médaille de ses Mondiaux et un émouvant podium au son de l'hymne national Fratelli d'Italia.

Après les deux podiums d'Alexis Pinturault (bronze en super-G, argent en combiné), Mathieu Faivre a donc offert aux Bleus leur premier titre de ces Mondiaux, lors d'une épreuve qu'il n'a pas toujours appréciée, comme de nombreux autres skieurs.

Ce titre vient comme une délivrance pour le spécialiste de géant, N.2 mondial en 2017, mais plus en difficulté depuis, alors qu'il n'a pas connu la joie d'un podium de Coupe du monde depuis octobre 2019 à Sölden (Autriche).

A 29 ans, le Niçois s'offre donc un premier podium individuel mondial dans cette discipline baroque.

- 4e médaille mondiale pour Worley -

Valorisé et promu par la Fédération internationale de ski (FIS) pour sa modernité et son côté télégénique, le format parallèle semblait avoir trouvé une certaine stabilité cette saison, avec la règle des duels à élimination en deux manches, les skieurs passant ainsi sur les deux tracés pour plus d'équité.

Malgré cela, un tracé bleu largement plus lent que le rouge a encore créé la polémique, le retard pris par le perdant de la première manche étant plafonné à 50/100 (alors qu'il était en réalité souvent plus important) avant la 2e manche.

Symbole d'une discipline au règlement incertain et incompris de tous, la FIS et les organisateurs ont d'abord annoncé l'Italienne Marta Bassino vainqueure, oubliant qu'en cas d'égalité en finale la médaille d'or était attribuée aux deux skieuses, ce qui a été corrigé quelques minutes plus tard.

Tessa Worley, éliminée par Bassino en demi-finale, a elle décroché sa quatrième médaille mondiale individuelle après ses trois médailles en géant (bronze en 2011, or en 2013 et 2017).

Équipe la plus performante mardi, l'équipe de France regrettera peut-être son choix, étonnant pour une nation majeure de ski, de ne pas aligner d'équipe mercredi sur le "Team event", parallèle par équipes mixtes (deux femmes, deux hommes), au nom de l'enchaînement des courses et d'un manque de densité.

Tessa Worley et Mathieu Faivre ont en tout cas fait le plein de confiance avant le géant, leur épreuve phare, jeudi pour les femmes et vendredi pour les hommes, avec en renfort notamment le déjà double médaillé à Cortina Alexis Pinturault.