Open d'Australie: battre Djokovic est la "plus importante source de motivation", pour Medvedev

Le Russe Daniil Medvedev fête sa victoire sur le Grec Stefanos Tsitsipas en demi-finale de l'Open d'Australie, à Melbourne, le 19 février 2021
Le Russe Daniil Medvedev fête sa victoire sur le Grec Stefanos Tsitsipas en demi-finale de l'Open d'Australie, à Melbourne, le 19 février 2021 David Gray AFP
4 mn
Publicité

Melbourne (AFP)

Daniil Medvedev jouera dimanche sa deuxième finale de Grand Chelem, face à Novak Djokovic qui n'a jamais perdu à ce stade de la compétition à Melbourne. Mais pour le Russe, gagner un Majeur contre le Serbe "est la plus importante source de motivation" qui soit.

Medvedev, 25 ans, s'est qualifié vendredi pour sa deuxième finale majeure en éliminant Stefanos Tsitsipas 6-4, 6-2, 7-5. Il avait poussé Rafael Nadal au cinquième set en finale de l'US Open 2019.

QUESTION: Depuis novembre, vous avez battu tous les joueurs du Top 10 à part Roger Federer qui ne joue pas. Cela vous donne-t-il confiance ?

REPONSE: "Je suis effectivement content de moi parce que je me souviens de la période où je jouais bien, j'étais dans les 20 ou 30 meilleurs mondiaux, mais j'avais du mal avec les joueurs du Top 10. Mais pour certaines de ces victoires, ça fait longtemps, il y a eu la pré-saison. Alors je suis content d'avoir su maintenir mon niveau de jeu au top. En ce qui concerne la confiance, c'est toujours bien de battre tout le monde parce que les gens commencent peut-être à vous craindre. Dans certains cas au contraire, ça va leur donner une plus grande envie de vous battre."

Q: Qui aura la pression dimanche, Novak Djokovic ou vous ?

R: "Il sera le favori, surtout parce qu'il n'a jamais perdu en finale à Melbourne. Les huit fois où il a atteint les demies, il a remporté le tournoi. Moi, je suis le challenger, et j'en suis très heureux. Depuis que je l'ai joué la première fois, j'étais classé 60e, nous avons toujours eu des matchs difficiles physiquement et mentalement. Et il est l'un des meilleurs joueurs de l'histoire, donc l'affronter en finale est super. Mais j'aurai moi aussi de la pression, parce que j'ai envie de remporter mon premier titre majeur. Lui, il veut gagner son 18e. Quand Novak dit qu'il ne donnera pas le moindre point, on peut lui faire confiance ! Donc je sais que pour le battre, il faudra que je joue mon meilleur tennis et que je sois physiquement au top pendant quatre ou cinq heures. Je dirais que remporter un tournoi du Grand Chelem contre un joueur comme Novak est une grande source de motivation, et je dirais même que c'est la plus importante. J'apprécie Novak en tant que joueur et en tant que personne. Mais de façon générale, je n'ai rien à perdre. Et je considère que, quand il ne reste que deux joueurs, les chances sont de 50-50."

Q: Que pensez-vous des problèmes physiques rencontrés par Djokovic durant le tournoi ?

R: "J'ai vu beaucoup de ses matchs parce qu'il jouait en soirée et que, comme nous étions confinés, je le regardais à la télévision. Je dois reconnaître que je ne les ai pas tous regardés jusqu'au bout parce qu'il jouait trop tard et que je me couchais. Mais effectivement, il y a eu des controverses. Contre Fritz (au troisième tour), je suis allé me coucher. Je pensais qu'il allait perdre parce qu'il a semblé avoir tellement mal... Il n'a pas pu faire semblant pour perdre deux sets. Ensuite, il a eu des matchs fous, en particulier contre "Sasha" (Zverev). Mais hier (jeudi en demi-finales), il a dominé Aslan (Karatsev). Et il a dit qu'il s'était senti au mieux. Donc non, je ne m'attends pas à ce que le match soit plus facile en raison de sa condition physique."

Propos recueillis en conférence de presse