L'emploi aux Etats-Unis aperçoit la lumière au bout du tunnel

Washington (AFP) –

Publicité

L'emploi reste sinistré aux Etats-Unis, et le taux de chômage de février est attendu stable, mais le ciel commence à s'éclaircir et les entreprises se mettent en ordre de bataille pour l'euphorie printanière promise par les vaccins et les aides du gouvernement.

Le taux de chômage, qui sera publié vendredi, est attendu à 6,3%, comme en janvier.

En revanche, la situation semble s'améliorer du côté des emplois créés le mois dernier par les entreprises et administrations du pays, qui pourraient avoir fortement augmenté, avec 200.000 créations attendues contre seulement 49.000 en janvier.

Cela montrerait que l'économie américaine est désormais tournée vers le mini-boom espéré dans les prochains mois grâce aux vaccinations menées tambour battant, et aux milliers de milliards de dollars du nouveau plan de relance du président Joe Biden.

Une déception n'est toutefois pas à exclure. En effet, une première enquête, celle réalisée par la firme ADP, a montré mercredi que les emplois créés par les entreprises privées du pays n'ont pas été aussi nombreux qu'attendu.

D'autre part, les Américains ont continué à aller massivement s'inscrire au chômage chaque semaine tout au long du mois, ils étaient encore 745.000 la semaine passée. Et ils sont toujours 18 millions à toucher une allocation chômage.

- Vaccination -

Quant au plein emploi, son retour n'est pas pour tout de suite, a averti jeudi le président de la Banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell. Pour lui, il est même "tout à fait improbable" d'y parvenir en 2021, "il faudra du temps".

Signe positif cependant, les annonces d'emploi publiées par certains sites internet spécialisés ont grimpé en février.

Après une "pause" hivernale, les offres "ont augmenté en février", se hissant, pour la première fois, à leur niveau pré-pandémique, a indiqué à l'AFP Julia Pollak, économiste pour ZipRecruiter, qui rapporte un nombre d'offres d'emploi actives supérieur de 15% à février 2020, et de 18% par rapport au mois dernier.

"Beaucoup d'emplois sont liés à la vaccination", explique-t-elle, évoquant également la forte demande des géants du commerce en ligne et des grandes enseignes de vente au détail, comme Walmart.

"Transport et logistique - ainsi que santé et assistance sociale - restent parmi les secteurs les plus en demande. (...) Nous anticipons de nouvelles hausses dans ces secteurs pour soutenir la distribution et la gestion des vaccins", a précisé un porte-parole d'un autre site, CareerBuilder, qui a vu l'activité reprendre le mois dernier dans la moitié des Etats américains seulement.

- Difficultés à embaucher -

L'apparente contradiction entre des créations d'emplois en hausse et un taux de chômage stable s'explique en partie par le fait que, bien que les chefs d'entreprise se remettent à publier des offres d'emplois, les chômeurs, eux, ne sont pas tous prêts pour un retour au travail dans n'importe quelles conditions.

Inquiétudes quant à la situation sanitaire, difficultés de garde d'enfants tant que les écoles ne rouvrent pas complètement ou pour se déplacer avec des transports en commun dont la fréquence a été réduite, peuvent freiner les retours au travail.

"La reprise dans les annonces postées a été bien plus rapide que la reprise dans les recherches d'emplois", note ainsi Julia Pollak.

Elle ajoute que beaucoup de chômeurs qui le peuvent souhaitent télétravailler au moins une partie de la semaine, créant "un fossé (avec) le nombre d'employeurs prêts à embaucher à distance".

Pour attirer et conserver les salariés, beaucoup d'entreprises ont même dû augmenter les salaires, a relevé la Banque centrale américaine (Fed) dans son dernier Livre beige.

Par ailleurs, si certains chômeurs retournent travailler, et sortent donc des statistiques, d'autres peuvent y entrer, car ils se remettent à chercher un emploi alors qu'ils avaient abandonné leurs recherches.

C'est par exemple le cas de femmes, qui avaient dû rester à la maison pour garder leurs enfants et qui peuvent, maintenant que les écoles rouvrent progressivement, revenir sur le marché du travail.