Cyclisme: Mathieu van der Poel roi des Strade Bianche

Paris (AFP) –

Publicité

Impressionnant dans le final, le Néerlandais Mathieu van der Poel s'est imposé dans le premier grand rendez-vous de cyclisme de la saison, les Strade Bianche, devant le Français Julian Alaphilippe et le Colombien Egan Bernal, samedi à Sienne (Italie).

Van der Poel (Alpecin) a lâché ses compagnons d'échappée dans le mur de la via Santa Caterina (12,4%), à quelques centaines de mètres de l'arrivée, pour s'adjuger cette spectaculaire course pour la première fois de sa carrière.

"J'avais vraiment envie de la gagner. Je me sentais vraiment fort. On avait décidé de collaborer avec Alaphilippe. Puis j'ai attaqué dans la dernière montée et ça m'a souri", s'est félicité van der Poel (26 ans) à l'arrivée, sous le soleil toscan.

"Cette course est l'une des plus dures à gagner parce qu'il y a tant de bons coureurs, dont d'excellents grimpeurs comme Pogacar et Bernal", a poursuivi le vainqueur du jour, qui va rester en Italie pour y disputer Tirreno-Adriatico du 10 au 16 mars, avant Milan-Sanremo le samedi 20 mars.

Tout s'est joué à la pédale dans les ruelles sinueuses de Sienne, au terme des 184 kilomètres parcourus autour de la ville médiévale toscane, et van der Poel était le plus fort samedi.

Le Néerlandais avait déjà placé une puissante attaque dans le "Tolfe" (passages à 18%) à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée, que seuls Alaphilippe et Bernal avaient pu suivre. Puis quand il a accéléré dans Sienne, personne n'a pu s'accrocher.

Il s'offre ainsi sa deuxième victoire de la saison, après la première étape de l'UAE Tour, confirmant son très bon début de saison sur route, après un hiver fructueux en cyclo-cross (dix succès dont le titre mondial).

Le champion du monde français Julian Alaphilippe (Deceuninck), deuxième, semble lui aussi déjà très en forme à l'approche des classiques printanières.

"Je me suis battu mais dans la dernière ascension Mathieu était clairement le plus fort", a reconnu Alaphilippe.

Derrière, le Colombien Egan Bernal (Ineos), ancien vainqueur du Tour de France (2019), s'intercale parmi les cadors des classiques et décroche une prometteuse troisième place.

"C'est une petite surprise pour moi de faire le top 3 parce que je ne suis pas un spécialiste des courses d'un jour", a déclaré Bernal. "Etre sur le podium avec Mathieu et le champion du monde est un grand honneur pour moi. Cela me donne confiance et motivation pour la suite".

Grosse désillusion en revanche pour le Belge Wout Van Aert (Jumbo), tenant du titre. Lâché, il termine quatrième à 51 secondes, pour la première fois hors du podium en quatre participations.