Paris-Nice: le chronomètre en faveur du Suisse Bissegger

Gien (France) (AFP) –

Publicité

Stefan Bissegger, un jeune Suisse de 22 ans, a privé le champion de France du contre-la-montre Rémi Cavagna de la victoire et du maillot de leader dans la 3e étape de Paris-Nice, mardi à Gien (Loiret).

Dans le contre-la-montre long de 14,4 kilomètres, le seul de l'épreuve, les deux coureurs ont été les seuls à faire mieux que le Slovène Primoz Roglic, troisième de l'étape et surtout premier des favoris pour la victoire finale.

Roglic, qui étrennait son nouveau vélo de contre-la-montre (son équipe a changé d'équipementier à l'intersaison), s'est incliné de 6 secondes au sommet de la rampe d'arrivée.

Bissegger et Cavagna ont eux terminé dans la même seconde, séparés exactement par 83 centièmes de seconde.

"Cela fait rager", a reconnu le Français qui, à 25 ans, continue à tourner autour de sa première victoire dans un contre-la-montre du WorldTour. Pour preuve de sa régularité au plus haut niveau, il a décroché l'an passé la médaille d'argent dans la discipline aux championnats d'Europe.

"Cette seconde, je la vois partout", a ajouté l'Auvergnat de l'équipe Deceuninck. "J'ai dû freiner sur la fin quand j'ai rattrapé un coureur dans un virage (à angle droit). Après, j'ai tout donné jusqu'à la ligne, j'ai tout donné à bloc pour ne pas avoir de regrets".

Mais Cavagna a vu son temps amélioré par Bissegger qui présente déjà des références malgré sa faible expérience (deuxième année en WorldTour). Médaillé d'argent dans la course en ligne des Mondiaux espoirs 2019, il s'est classé deuxième du contre-la-montre du récent UAE Tour, seulement devancé par le champion du monde, l'Italien Filippo Ganna.

- De la Loire au Beaujolais -

"Je suis assez fier de moi", a réagi le Suisse de l'équipe EF Education. "Je savais que ce serait serré, on m'avait prévenu dans l'oreillette qu'il fallait garder du punch pour la montée d'arrivée".

Devant le château-musée qui surplombe la Loire, le fleuve royal au débit paresseux, Roglic a pu se satisfaire également de l'efficacité de son coéquipier néerlandais Steven Kruijswijk (11e), qui pourrait lui être utile avant la fin de la semaine.

Hormis les duettistes du dernier Giro qui ont concédé un retard conséquent (38 sec pour le Britannique Tao Geoghegan Hart, 56 secondes pour l'Australien Jai Hindley), les autres prétendants du classement général ont limité la perte de temps.

Le Russe Aleksandr Vlasov et l'Allemand Maximilian Schachmann, vainqueur sortant, ont lâché seulement 16 secondes. Quant au jeune Américain Brandon McNulty (22 ans), il s'est classé 4e de l'étape à 3 secondes du Slovène.

Mais, pour Roglic, les clignotants semblent au vert avant la 4e étape, que Bissegger abordera mercredi sans avantage chronométrique sur Cavagna, dans la même seconde que lui au classement général.

Le parcours accidenté de 187,5 kilomètres mènera mercredi de Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire) à Chiroubles (Rhône). Avec deux ascension du Mont Brouilly, la seconde à l'approche des 20 derniers kilomètres, et une ascension finale de 7,3 kilomètres (à 6 %) dans les Monts du Beaujolais.