XV de France: le duel en Angleterre, un match "charnière", souligne Dulin

Paris (AFP) –

Publicité

Le "crunch" samedi en Angleterre sera un match "charnière" pour le XV de France, en quête d'un premier titre dans le Tournoi des six nations depuis 2010, a estimé mercredi l'arrière Brice Dulin.

Q: L'épisode du foyer d'infections au Covid-19 a-t-il freiné l'engouement du XV de France?

R: "On a eu des réunions pour parler des conclusions qui ont été données. On a pris énormément de plaisir à se retrouver. On est arrivés le dimanche soir et le lundi matin on était déjà +focus+ sur le match, sur ce que l'on va devoir faire et très conscients que ce qui va se présenter à Twickenham va être très compliqué. L'Angleterre a eu un début de Tournoi assez compliqué donc ils vont vouloir réagir, d'autant plus pour le +crunch+. On a pris conscience depuis le début du Tournoi que ce match allait être charnière, d'autant plus après les résultats des deux premières rencontres."

Q: Vous avez été particulièrement adroit sous les ballons hauts en Irlande. Vous attendez-vous au même genre de partie en Angleterre?

R: "On sait maintenant que la majorité des rencontres se joue sur la tactique liée au jeu au pied. (Owen) Farrell (centre ou ouvreur), (George) Ford (ouvreur), (Elliot) Daly (arrière) et (Henry) Slade (centre) sont des joueurs capables d'avoir un jeu au pied très précis, que ce soit d'occupation ou de pression. Ben Youngs (demi de mêlée) l'utilise aussi donc ce sont des timings, des positionnements, le rideau qui fait en sorte que devant, il vont nous rendre les ballons à certains moments. On parle souvent du combat des avants, des mauls et des mêlées. Mais ce sont aussi la couverture du terrain et, nous derrière, quand on est capable de remettre nos avants dans l'avancée, qui font que les matches se passent bien. Donc il va falloir que nous, on soit performants derrière parce que c'est sûr qu'ils vont essayer de nous mettre sous pression dans les angles et dans les airs. Cela va être un facteur clé peut-être de cette rencontre."

Q: Vous avez participé à la finale de la Coupe d'automne des nations, perdue début décembre à Twickenham, où des décisions arbitrales avaient fait débat. Est-ce un sujet dont vous avez rediscuté entre vous?

R: "Cela nous a permis de prendre conscience qu'il fallait que l'on maîtrise mieux nos matches. C'est pour cela que Jérôme Garcès (ancien arbitre) nous a rejoints sur le Tournoi, pour que l'on appréhende mieux ce genre de situations. Le but, c'est de prendre conscience que les choses que l'on peut contrôler, c'est notre comportement, nos postures sur certains secteurs de jeu, la communication avec les arbitres. Cela nous a servi. C'est vraiment un travail que l'on effectue depuis le début du Tournoi. Que ce soit devant ou derrière, Jérôme nous a donné des mots-clés, des repères pour nous permettre de bien communiquer avec le corps arbitral et d'éviter peut-être l'issue du match en décembre."

Propos recueillis lors d'un point presse en visioconférence