XV de France: "le risque zéro n'existe pas", assure Galthié

Paris (AFP) –

Publicité

"Le risque zéro n'existe pas". Fabien Galthié l'assure: "tous mes actes, toutes nos actions, ont été dans le respect total des règles sanitaires", a insisté le sélectionneur des Bleus, jeudi, après que sa responsabilité a été mise en cause.

Un mois après son dernier match, un succès historique en Irlande (15-13), le XV de France se déplace samedi en Angleterre pour relancer le Tournoi des six nations 2021. Et espérer rester sur la route d'un premier Grand Chelem depuis 2010.

. "Nous avons respecté le protocole sanitaire"

Seize cas de Covid-19, un match contre l'Ecosse reporté... Pointé du doigt pour être sorti de la bulle sanitaire, notamment pour aller voir son fils jouer avec Colomiers face au Stade français, le sélectionneur du XV de France avait finalement été blanchi par l'enquête sur le foyer de contaminations, qui a établi qu'aucune règle sanitaire n'avait été violée.

Lors de sa première apparition médiatique depuis près d'un mois, Fabien Galthié l'a promis: "tous mes actes, toutes nos actions, ont été dans le respect total des règles sanitaires."

"Nous avons respecté au mieux ce protocole sanitaire depuis le premier jour à Nice (lors du stage de préparation, ndlr). Le protocole nous protège. La commission médicale nous accompagne et le risque zéro n'existe pas", a-t-il insisté.

. La confiance cassée?

Cet épisode a néanmoins pesé sur le groupe France et certains médias ont évoqué une cassure entre les joueurs et le sélectionneur. "Faites-nous confiance pour bien manager ce groupe. Les joueurs ont plein d'envie, d'enthousiasme, c'est ce qui nous importe. Dans notre progression, les joueurs sont solides, ils ont envie de gagner, ils sont conquérants", a répondu le manager Raphaël Ibanez.

Même son de cloche du côté du sélectionneur: "on a eu très peu de temps pour tergiverser, nous sommes engagés à fond dans le projet. On peut comprendre et accepter tout ce qui se passe autour, les critiques... Cela fait partie de nos missions et de notre rôle. Je ne me reproche rien dans cet épisode. Tout a été fait dans le respect des règles", a promis Galthié.

. Jalibert plutôt que Ntamack

C'était LA grosse interrogation autour de la composition du XV de France face à l'Angleterre, samedi. Faut-il débuter à l'ouverture avec Romain Ntamack, habituel titulaire mais qui revient à peine de blessure, ou bien avec Matthieu Jalibert, le remplaçant mais qui a du temps de jeu?

"Matthieu est sur une dynamique avec nous, il a enchaîné la fin de la Coupe d'automne et le début du tournoi. Il a été très performant. Il y a une forme de logique", a expliqué Galthié. C'est donc le joueur de Bordeaux-Bègles (22 ans, 10 sélections) qui portera le N.10 à Twickenham.

. Cretin, roi des airs

François Cros non retenu, il y avait une place à prendre en troisième ligne, aux côtés du capitaine Charles Ollivon et de l'indispensable Grégory Alldritt. C'est le Lyonnais Dylan Cretin qui en a hérité, plutôt que le Castrais Anthony Jelonch.

"On essaie d'équilibrer notre composition d'équipe, notamment sur les contraintes liées au combat et au domaine aérien. Dylan Cretin est très actif dans le secteur de la touche et dans le jeu en général, ce n'est pas qu'un joueur de touche, il ne faut pas le catégoriser uniquement dans ce rôle-là, même s'il est très pointu dans ce secteur", a justifié Galthié.

"C'est la recherche d'un équilibre et d'une complémentarité", a-t-il encore ajouté.