Handball: avec le ticket pour Tokyo en poche, les Français en reconquête ambitieuse

Montpellier (AFP) –

Publicité

Au terme d'un tournoi de qualification plutôt maîtrisé face à des adversaires de premier plan, les handballeurs français ont validé dimanche soir à Montpellier leur billet pour les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août), où ils se présenteront en reconquérants ambitieux.

Dimanche, dans une Sud de France Arena encore et tristement vide de spectateurs en raison du huis clos imposé par la situation sanitaire, les Bleus de Michaël Guigou ont confirmé les progrès observés ces dernières semaines, depuis le Mondial égyptien conclu fin janvier à la 4e place.

Dans une rencontre où l'essentiel était de ne pas s'incliner par plus de sept buts, les Français ont cédé sur le fil contre le Portugal (29-28), une défaite sans conséquence pour décrocher le billet pour Tokyo, mais qui permet aux Lusitaniens de se qualifier pour la première fois pour les JO.

Certes, on n'a pas encore retrouvé les "Experts" qui ont tout écrasé sur leur passage entre 2008 et 2015, mais les Français iront à Tokyo avec l'ambition de retrouver l'éclat de la médaille d'or, qui leur avait échappé en août 2016 à Rio en finale olympique contre le Danemark.

. Une dynamique en construction

"Il y a une expérience collective qui est en train de se mettre en place au fur et à mesure des matches", soulignait le capitaine Michaël Guigou après la victoire sur la Croatie vendredi soir (30-26).

L'équipe de France était rentrée meurtrie de l'Euro-2020, éliminée dès le 1er tour. Ce fiasco avait coûté son poste de sélectionneur à Didier Dinart, remplacé par son adjoint Guillaume Gille fin janvier 2020.

Privés de rassemblements et de matches par la pandémie de Covid-19, cette équipe new look n'a pu se retrouver qu'au mois de novembre. La reconstruction s'est surtout faite en janvier au Mondial en Egypte, avec des rencontres abouties contre la Norvège en entrée de compétition, et le Portugal au tour principal avant les quarts de finale.

A Montpellier, les Bleus ont encore élevé le niveau, avec une seconde période très aboutie contre la Croatie, vice-championne d'Europe en 2020, vendredi soir, tant en défense qu'en attaque, avec Kentin Mahé placé au poste de demi-centre.

Et ils sont parvenus à faire dans ce match ce qu'ils n'avaient pas su réaliser lors de leurs deux derniers matches du Mondial (demie contre la Suède, 3e place contre l'Espagne), à savoir inverser le cours d'une rencontre qui leur était très défavorable.

La défense française a retrouvé une incroyable densité autour de l'axe constitué par Luka Karabatic et Ludovic Fabregas.

La prestation d'ensemble réussie par cette base défensive à Montpellier est l'un des motifs d'espérer une nouvelle grande campagne olympique cet été à Tokyo, d'autant plus que les gardiens Yann Genty et Vincent Gérard ont répondu présent, en parfaite complémentarité.

. S’élever dans les moments clés

Entre le Mondial-2021 et le TQO montpelliérain, la France s'est clairement replacée dans la hiérarchie mondiale, parmi les quelques nations qui comptent dans la lutte pour les médailles internationales.

Mais pour retrouver leur place au sommet du podium dans la Yoyogi Arena de Tokyo, qui accueillera les deux tournois olympiques de handball, les Bleus devront encore élever leur niveau, notamment dans les moments clés.

Entre l'Euro-2018, le Mondial-2019 et le Mondial-2021, ils ont craqué en demi-finales contre l'Espagne, le Danemark, et plus problématique contre la Suède, avec à chaque fois une classe d'écart.

Sur l'olympiade de cinq années écoulées entre Rio et Tokyo, le Danemark, champion du monde 2019 et 2021, et l'Espagne, championne d'Europe 2018 et 2020, ont clairement pris une longueur d'avance qu'il faudra réussir à combler cet été pour offrir une fin dorée à l'aventure des Experts.

. Avec Nikola Karabatic à Tokyo ?

La reconstruction s'est faite avec un grand absent, puisque la star de l'équipe Nikola Karabatic se remet actuellement d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit subie mi-octobre. Le temps pour revenir d'une telle blessure est estimée entre six et huit mois, ce qui pourrait amener à la mi-juin.

Le demi-centre se trouve au début de la phase de réathlétisation et a repris la course fin février, avec le travail sur les sauts et les appuis. La course contre la montre engagée fin octobre par le double champion olympique va encore prendre un peu de temps, mais il se fixe pour objectif de rejouer quelques matches en fin de saison avec le Paris SG.

Une équipe de France renforcée de son demi-centre de légende deviendrait une équipe bien plus dangereuse dans la course à l'or olympique à Tokyo.