PSG: avant l'Europe, reconquérir la France

Paris (AFP) –

Publicité

Son complexe de "remontada" réglé, le Paris SG aborde une séquence clé, avec deux fois la réception de Lille et un déplacement à Lyon, qui doit lui permettre d'asseoir son autorité sur le plan national, à condition de ne pas se louper contre Nantes, dimanche (21h00).

Copieux menu. Le Barça et la terrible remontée d'il y a quatre ans (4-0, 1-6) digérés, grâce au nul de mercredi (1-1) en huitième de finale retour de Ligue des champions (4-1 à l'aller), le PSG peut se consacrer à la reconquête de son trône français.

La tâche n'est pas aussi simple que les années précédentes. Avant la 29e journée de Ligue 1, Paris (2e, 60 pts) compte deux points de retard sur le leader Lille (62 pts), en danger à Monaco (4e, 55 pts).

Également engagé dans le course au titre, Lyon (3e, 60 pts) n'a pas fait mieux que match nul à Reims vendredi (1-1), mais l'OL garde en tête qu'il reçoit le PSG dimanche prochain.

"Il y a encore des confrontations directes donc tout est encore ouvert et possible", a expliqué le technicien lyonnais Rudi Garcia.

Cette phrase s'applique pour les Parisiens également: en plus d'aller au Groupama Stadium, ils recevront Lille le 3 avril, au retour de la trêve internationale, pour un nouveau choc crucial.

- "match difficile" -

Comme si cela ne suffisait pas, Lille sera à leur programme dès mercredi, mais en huitième de Coupe de France, une compétition où les hommes de Mauricio Pochettino n'ont pas le droit à l'erreur.

"Au PSG, on ne pense qu'à aller le plus loin possible dans toutes les compétitions. C'est notre objectif, nous n'avons pas d'excuses", a expliqué samedi l'entraîneur argentin.

Ces trois gros matches vont façonner le bilan national des Rouge et Bleu, qui enchaîneront, le 6 ou 7 avril, par leur quart de finale de Ligue des champions.

Mais avant, il y a Nantes, avant-dernier, contre lequel la victoire sera obligatoire.

"C'est un match difficile", pressent Pochettino, d'autant qu'il arrive quatre jours après la qualification face au Barça, forte en émotions.

C'est une nouvelle "finale" pour le titre, comme le répète le technicien, qui veut remporter les douze derniers matches du championnat.

Depuis la défaite surprise contre Monaco (2-0), son équipe en est à deux succès (Dijon, Bordeaux).

Le match contre Nantes pourrait permettre aussi aux blessés de retrouver le terrain ou de poursuivre leur reprise.

Angel Di Maria, blessé à la cuisse droite lors du "Clasico" à Marseille (2-0), est déjà sur le chemin du retour. Il a disputé les 25 dernières minutes à Brest (3-0 en Coupe de France) et la dernière demi-heure contre le Barça.

A propos du "Fideo" (33 ans), il a justement prolongé vendredi son contrat d'un an, plus une année en option.

- Neymar toujours blessé -

Par contre, Neymar reste indisponible, lui qui s'est blessé à un adducteur à Caen (L2), en Coupe de France (1-0).

Le Brésilien, qui n'a repris l'entraînement collectif que partiellement, a manqué les deux manches contre le Barça, son ancien club. Le PSG semble vouloir ne prendre aucun risque pour sa superstar, alors que se profile une séquence chargée.

"C'est difficile de prévoir une date de retour, car la récupération est différente selon le joueur. Il n'y a pas de rechute. Nous sommes contents de son évolution, nous espérons qu'il reviendra vite avec l'équipe", a expliqué Pochettino.

L'entraîneur devra également faire sans Alessandro Florenzi, Ander Herrera (ischios) et Moise Kean (Covid-19), en plus du blessé de longue date Juan Bernat (genou). Mais cela ne change pas le fait que le club n'a "aucune excuse" pour ne pas livrer une performance solide dimanche, comme il l'a rappelé.

Dans cette optique, contre Barcelone, "on a souffert ensemble", s'est félicité Marco Verratti sur RMC.

"On voulait bien défendre, mais ce que je regrette, c'est qu'avec le ballon on pouvait faire mieux", a ajouté l'Italien. Lui et ses coéquipiers ont une excellente occasion de corriger le tir.