Ski alpin: la météo vote Pinturault

Lenzerheide (Suisse) (AFP) –

Publicité

Après la descente mercredi, c'est le super-G des finales de la Coupe du monde de ski alpin qui a été annulé jeudi à Lenzerheide (Suisse) à cause des mauvaises conditions, apportant un nouveau coup de pouce au Français Alexis Pinturault pour le classement général.

On me voit, on me voit plus. Dans le canton des Grisons, la piste des finales a encore joué à cache-cache toute la matinée avec le brouillard. Après plusieurs heures à repousser le programme, les organisateurs ont décidé d'annuler les super-G femmes et hommes, comme les deux descentes la veille.

La neige tombée pendant la nuit (environ 20 cm) et tant bien que mal évacuée a également rendu une partie de la piste dangereuse, surtout avec une visibilité incertaine.

A l'inverse, Alexis Pinturault et Petra Vlhova commencent à distinguer de mieux en mieux le gros globe de cristal.

Sur une dynamique négative en arrivant dans les Grisons, Pinturault est le grand gagnant du début de semaine, alors que les deux courses de vitesse annulées étaient plus favorables à son rival Marco Odermatt.

"Je n'ai pas envie de dire que c'est une bonne nouvelle, mais ça fait plus mes affaires à moi qu'à d'autres (...) Je m'attendais à ce que Marco prenne la tête en vitesse", a-t-il commenté.

"C'était une longue journée, je ne m'attendais pas spécialement à l'annulation. Je me suis levé à 6h, parti à 7h, puis il y a eu la reconnaissance. De 7h30 à 11h30 on était en stand-by, sans être complètement dans la course, mais toujours à l'affût, présent nerveusement pour être prêt à partir".

- "M'offrir un beau cadeau" -

Il attaque donc les deux dernières courses de la saison avec 31 points d'avance sur le Suisse et possède toutes les cartes en main pour devenir le premier Français à remporter le gros globe de cristal depuis Luc Alphand en 1997.

Samedi sur le géant, Pinturault et Odermatt se disputeront la victoire et le petit globe de la spécialité (Odermatt a 25 points d'avance). Le slalom de dimanche est ensuite largement à l'avantage de Pinturault, Odermatt n'ayant jamais disputé cette discipline au plus haut niveau.

"Ce week-end ce sera toujours le même état d'esprit, attaquer, faire mon meilleur ski. En géant tout est possible, ce sera une belle bagarre", a continué le Français.

"J'espère m'offrir un beau cadeau, à moi de travailler pour ça", a-t-il plaisanté, alors qu'il fêtera ses 30 ans samedi.

Encore mieux placée que Pinturault, Petra Vlhova possède 96 points d'avance sur Lara Gut-Behrami. Elle devrait finir le travail samedi sur le slalom, dont elle est favorite, alors que Lara Gut-Behrami ne sera pas au départ.

- "J'attaquerai samedi" -

Le clan suisse était moins joyeux jeudi.

"Bien sûr je suis déçu, c'est dommage les deux annulations hier et aujourd'hui, c'était une grande chance pour moi, mais c'est comme ça", a regretté Odermatt dans une zone mixte paradoxalement baignée de soleil quelques heures après l'annulation.

"J'espère encore, j'attaquerai samedi, il y a deux objectifs pour moi, le globe de géant et le classement général, je ferai tout pour attaquer", a prévenu le jeune skieur (23 ans).

Après une course manquée à cause du Covid-19 en novembre, un départ qu'il n'a pas pu prendre à Kitzbühel en janvier (course arrêtée juste avant son passage), et trois annulations dues à la météo (descente de Saalbach, les deux courses cette semaine), le Suisse a parfois joué de malchance cet hiver.

L'an passé, c'est Pinturault qui avait pâti de l'arrêt prématuré de la saison en raison du Covid-19.

Jeudi, Odermatt pouvait encore prétendre au globe du super-G, revenu finalement au champion du monde autrichien Vincent Kriechmayr, le premier de sa carrière à 29 ans.

Lara Gut-Behrami avait elle déjà sécurisé le globe de la discipline, son 3e à 29 ans.

"Je suis contente d'avoir gagné ce globe, de ma saison en super-G. C'est la meilleure de ma carrière dans cette discipline (quatre victoires en six courses). Je suis heureuse d'avoir pu me reconstruire, retrouver ce feeling. Après, c'est toujours dommage de ne pas pouvoir faire deux courses, surtout deux jours de suite", a indiqué la Suissesse, sacrée championne du monde en février.

Vendredi, une course parallèle par équipe mixte est au programme, mais ne compte pas pour les différents classements. La France a décidé, comme aux Mondiaux, de ne pas s'aligner.