Biathlon: duel Boe/Laegreid pour le globe de N.1 mondial, des Bleus en quête de trophées

Paris (AFP) –

Publicité

La dernière étape de la Coupe du monde de biathlon, de vendredi à dimanche à Ostersund (Suède), promet du grand suspense avec un duel 100% norvégien entre Johannes Boe et Sturla Holm Laegreid pour le gain du gros globe de cristal et trois Français encore en lice dans trois spécialités.

. Boe-Laegreid, deux Norvégiens pour un gros globe

Si l'incertitude a pris fin chez les dames samedi avec le premier sacre logique de la Norvégienne Tiril Eckhoff, rien n'est encore décanté chez les hommes. La lutte finale se joue entre deux protagonistes: le double tenant du titre Johannes Boe et la révélation de cette saison, Sturla Holm Laegreid.

A trois courses du dénouement (sprint, poursuite, mass start), Boe (quatre victoires cet hiver) possède virtuellement sept petits points d'avance sur son jeune rival (24 ans, six victoires) puisque, selon le règlement de la Fédération internationale de biathlon (IBU), il faudra retrancher les quatre plus mauvais résultats de chaque biathlète pour établir le classement général définitif.

Comme le sprint (vendredi) définit l'ordre de passage de la poursuite (samedi), cette première épreuve de la semaine risque d'être déterminante. Boe, qui a remporté trois sprints sur neuf (cinq podiums au total) et a déjà empoché le petit globe de la spécialité, partira donc avec un léger avantage psychologique.

Reste à savoir si le cadet des frères Boe saura gérer la pression sur le pas de tir. En délicatesse derrière la carabine depuis le début de l'hiver, ce qui l'avait poussé à changer d'arme avant les Mondiaux de Pokljuka en février, Boe a intérêt à ne pas craquer, alors que Laegreid s'est imposé dès sa première saison complète en Coupe du monde comme l'une des meilleures gâchettes du circuit (93% de réussite).

"Je ne suis pas inquiet au niveau du ski, mais Sturla est tellement fort au tir qu'il me pousse dans mes retranchements. Mais je ne vais rien lâcher", a déclaré Boe.

. De l'enjeu pour les Bleus

Trois petits globes de cristal restent encore sans lauréats (poursuite et mass start hommes, mass start dames) avec trois Français en embuscade.

Double champion du monde de la poursuite, Emilien Jacquelin va tenter de se succéder à lui-même au palmarès de la spécialité. Le Grenoblois, adepte des courses en confrontation directe, est à égalité de points avec Boe, qui l'a devancé samedi lors de la poursuite de Nove Mesto (2e). Troisième en République tchèque, le Français reste un gros client dans un exercice qu'il affectionne particulièrement et qui a le don de le transcender.

Pour Quentin Fillon-Maillet, 3e du classement de la mass start, il s'agira de terminer en beauté une saison très compliquée en glanant le premier petit globe de sa carrière. Promu leader des Bleus après la retraite de Martin Fourcade, le Jurassien avait clamé haut et fort son désir de se battre pour le gain de la Coupe du monde. Mais il est passé à côté de son sujet et n'a pas non plus réussi à sauver les meubles aux Mondiaux, bouclés sans titre et avec une seule médaille. Le Français a toutefois repris du poil de la bête en cette fin d'hiver avec un doublé sprint-poursuite à Nove Mesto. De quoi gonfler son moral avant les dernières échéances.

Avec deux succès coup sur coup en mass start juste avant les Championnats du monde, Julia Simon s'est elle donné le droit de rêver au petit globe de la spécialité. Seule Française victorieuse sur le circuit, la biathlète des Saisies a son destin en mains, même si ses résultats depuis un mois et demi n'incitent guère à l'optimisme puisqu’elle n'a pas fait mieux qu'une 16e place sur le plan individuel.

kn/jr/ebe