L'Allemagne ratifie le plan de relance de l'UE

Berlin (AFP) –

Publicité

L'Allemagne, première économie européenne, a ratifié vendredi le plan de relance post-covid de l'UE doté de 750 milliards d'euros et financé par une dette commune inédite.

Le Bundesrat, la chambre haute du Parlement, a adopté ce plan vendredi matin, après le Bundestag (chambre basse) jeudi, un signal fort dans un pays longtemps opposé à tout mécanisme d'endettement commun au sein de l'Union européenne.

"Ce vote est un signal clair pour une Europe solidaire et forte", s'est félicité le ministre allemand des Finances Olaf Scholz.

Ce plan, âprement négocié l'été dernier par les Vingt-sept de l'UE, est destiné à faire face aux conséquences économiques de la pandémie de nouveau coronavirus en Europe.

Il repose sur un mécanisme sans précédent de dette commune à tous les Etats membres, et une partie de l'argent sera versée sous forme de subventions (312,5 milliards), notamment aux pays ayant subi le plus lourd impact.

Le vote des parlementaires allemands était très attendu: le pays a été pendant longtemps farouchement opposée à toute dette commune en Europe, craignant que les Etats les plus endettés ne profitent injustement des efforts financiers des pays rigoureux.

Mais la pandémie de coronavirus, qui frappe durement l'économie européenne, a rebattu les cartes. Et Angela Merkel a fini par se rallier à cette idée défendue depuis longtemps par la France en particulier.

Après plusieurs semaines de discussions, marquées par de vives tensions avec les pays dits "frugaux", menés par l'Autriche, et réticents face à ce mécanisme, le plan a été adopté l'été dernier.

Il a été entériné formellement vendredi dernier par les institutions européennes après l'ultime feu vert des eurodéputés mercredi.

Désormais, le programme doit encore être ratifié par l'ensemble des Etats membres. La Commission Européenne a appelé à "accélérer" ce processus.

D'autant que la pandémie n'en finit pas et continue de frapper l'économie européenne, où la campagne vaccinale a pris du retard.

Le président français Emmanuel Macron a d'ailleurs estimé jeudi que l'Europe devra "améliorer" et "compléter" ce plan, pour que la relance soit "plus vigoureuse", fustigeant la lenteur des institutions européennes.

Le commissaire européen au Budget Johannes Hahn a de son côté promis cette semaine, dans une interview au quotidien allemand Die Welt, que les premiers emprunts seraient effectués dès "le début du deuxième trimestre" de cette année.