XV de France: Romain Ntamack en clair-obscur

Saint-Denis (AFP) –

Publicité

Frustrant. Pour sa première titularisation depuis fin octobre, l'ouvreur Romain Ntamack a alterné le bon et le moins bon à l'image du XV de France dont le rêve de titre dans le Tournoi des six nations s'est évanoui avec une défaite face à l'Ecosse vendredi.

Impeccable devant les perches en première période (3/3), le Toulousain de 21 ans a ensuite manqué deux transformations et globalement eu peu l'occasion de se mettre en évidence dans le jeu, même s'il a participé à la construction du deuxième essai français signé Damian Penaud.

La dernière fois que le Toulousain avait enfilé le N.10 des Bleus - qui jouaient en blanc - c'était le 31 octobre 2020. La France avait terminé le Tournoi sur une victoire probante devant l'Irlande (35-27) qui lui avait permis de prendre la deuxième place à un souffle de l'Angleterre, sacrée championne.

Les blessures n'ont ensuite pas épargné "NTK". Une cuisse douloureuse l'avait d'abord empêché de prendre part à la suite de la tournée automnale. Puis, une double fracture de la mâchoire, fin décembre lors d'un match de Top 14, l'avait éloigné plus de deux mois des terrains, le privant des deux premiers matches du Tournoi en Italie (50-10) et en Irlande (15-13).

Entre temps, Matthieu Jalibert, N.2 dans la hiérarchie des ouvreurs, s'était fondu dans le décor français, prenant de plus en plus les allures d'un titulaire en puissance.

En Angleterre, le 13 mars, le Bordelais avait joué tout le match et Ntamack, capable de jouer aussi au centre, avait assisté sur le banc à la défaite des siens (23-20) pour son retour dans le groupe France.

Mais la commotion subie par Jalibert à la demi-heure de jeu contre le pays de Galles samedi dernier avait permis au Toulousain de revenir sur le devant de la scène. Sérieux et appliqué (4 points à 100% de réussite), il avait ainsi participé au spectaculaire renversement de situation français dans les dernières minutes (32-30).

"Il a été très solide dans un drôle de match", "a su prendre les bonnes décisions" et "apporter tout son talent", avait estimé le sélectionneur Fabien Galthié.

Jalibert, forfait pour le duel contre l'Ecosse, Ntamack avait logiquement retrouvé une place de titulaire.

- Pluie abondante -

Vendredi, c'est lui qui a offert les premiers points français en concrétisant une pénalité aisée à 10 mètres (9e). Son coup de pied rasant, deux minutes plus tôt à destination de l'ailier Penaud, a failli faire mouche.

"NTK" n'a pas tout bien fait en première période, dévissant un autre ballon (10). Mais sa réussite devant les perches a fait du bien. Sous une pluie abondante, il fallait être précis pour réussir ce coup de pied de pénalité de 44 mètres ou encore transformer l'essai de Brice Dulin, en étant excentré côté droit à plus de 35 mètres.

La seconde période, sans pluie, a été plus compliquée pour lui, avec un en-avant d'entrée. Puis le jeune N.10 a eu l'occasion de mettre son équipe à dix longueurs d'avance. Mais sa tentative de transformation du bel essai de Penaud, terminé en footballeur, est passé à côté des poteaux.

Hochant la tête de déception, le Toulousain s'est remis en ordre de marche. Mais à l'image de son équipe, il a buté sur une coriace équipe écossaise. Le deuxième ligne Swan Rebbadj inscrivait son première essai international, le troisième pour la France dans le match.

Mais Ntamack ratait encore le coche et voyait le ballon frôler le montant gauche des perches.

Et les Ecossais l'emportaient finalement 27-23 dans les arrêts de jeu. Une soirée frustrante, indéniablement.