Proportionnelle, "taxe sur les profiteurs de crise": LFI avance ses sujets à l'Assemblée

Paris (AFP) –

Publicité

Des propositions de loi pour instaurer la proportionnelle intégrale aux élections législatives, une "taxe sur les profiteurs de crise" et encore pour lutter contre la précarité dans le monde de la culture: les députés LFI pousseront leurs sujets devant l'Assemblée nationale le 6 mai.

Le groupe de Jean-Luc Mélenchon a inscrit pas moins de neuf textes à l'ordre du jour de sa "niche" réservée ce jour-là dans l'hémicycle, a-t-on appris mardi de source parlementaire.

L'idée de la proportionnelle pour les législatives de 2022 - une dose ou l'intégrale - est revenue dans le débat public sous la pression du président du MoDem François Bayrou, allié d'Emmanuel Macron. Il a été rejoint dans sa demande par plusieurs responsables de partis, de M. Mélenchon à Marine Le Pen (RN) mais pas par le PS ni LR.

Mais les responsables de la majorité ont renvoyé au prochain quinquennat cette réforme du mode de scrutin, malgré la promesse en 2017 du candidat Macron d'introduire une dose.

M. Mélenchon prône le rétablissement des règles d'une loi de 1985 sous François Mitterrand, qui avaient été appliquées aux législatives de l'année suivante. Cela avait limité la victoire annoncée de la droite et 35 députés du Front national étaient entrés à l'Assemblée.

La proposition de loi pour une "taxe sur les profiteurs de crise" prévoit d'instituer "une contribution exceptionnelle sur le résultat net" du premier semestre 2020, s'il dépasse celui de 2019, pour les entreprises au chiffre d'affaires supérieur à 150 millions d'euros.

"Tout le monde ne souffre pas de la crise sanitaire", juge Mathilde Panot, vice-présidente du groupe LFI, qui cite Amazon, Sanofi et la grande distribution parmi une série de "corona-profiteurs".

Portée par le député Michel Larive, la proposition de loi sur la culture vise à créer un "domaine public commun" pour un "équitable partage entre l'auteur au sens large et ses ayant.es droits d’une part, et la société d’autre part".

Cela doit contribuer "à financer la protection sociale et la création des professions créatives qui ne bénéficient pas actuellement du régime des intermittent.es du spectacle".

D'autres textes sont annoncés, pour "une meilleure reconnaissance et un meilleur accompagnement des blessés psychiques de guerre", pour "une procédure de parrainages citoyens pour la candidature à l'élection présidentielle", sujet cher à M. Mélenchon, et encore pour étendre le RSA aux jeunes de 18 à 25 ans. Toutes ces propositions ne pourront être examinées en une seule journée et ont très peu de chances d'être adoptées par l'Assemblée.