Coupes d'Europe de rugby: Marseille devra encore patienter pour accueillir les finales

Paris (AFP) –

Publicité

Déjà privée de finale de coupes d'Europe de rugby en 2020, Marseille ne les accueillera pas non plus cette année: leur organisateur a renoncé au stade Vélodrome mercredi "afin de limiter les déplacements transfrontaliers et les risques de transmission du Covid-19".

L'European professionnal club rugby (EPCR), qui chapeaute la Coupe d'Europe et le Challenge européen, "travaille en collaboration avec ses ligues et fédérations actionnaires pour trouver des alternatives pour l'organisation des deux matches", a-t-elle indiqué dans un communiqué, en précisant que les finales 2022 auront, elles, bien lieu à Marseille.

En 2020, l'EPCR avait déjà renoncé à programmer les finales dans la cité phocéenne en raison, à l'époque, "des nombreuses incertitudes liées à la pandémie de Covid-19".

A l'issue d'une assemblée générale, qui s'est tenue mercredi, l'EPCR a aussi choisi d'attribuer les finales de l'édition 2023 à la ville de Londres qui les accueillera au Tottenham Hotspurs Stadium, selon le communiqué.

Pour l'organisation des finales 2021 du Challenge européen et de sa grande soeur, la "Champions Cup", respectivement prévues les 21 et 22 mai, "toutes les options envisagées sont étudiées en tenant compte principalement de la santé et la sécurité des joueurs, du personnel des clubs, des officiels de match, des fans et de la communauté du rugby dans son ensemble", a ajouté l'EPCR.

- Précautions -

Les billets achetés pour les finales de cette année seront "valables pour les matches de 2022", a par ailleurs précisé l'organisateur des compétitions européennes de club. Mais les détenteurs de billets "peuvent demander un remboursement" selon une procédure qui leur sera "communiquée directement" et "sur le site ChampionsCupRugby.com".

Les demi-finales de l'édition 2021 se dérouleront "à domicile, dans les stades des clubs", a précisé l'EPCR. Le programme sera connu à l'occasion d'un tirage au sort le 11 avril.

L'organisateur veut prendre des précautions après avoir dû écourter la phase de groupes des deux compétitions prévue en décembre/janvier en raison du variant anglais du coronavirus qui avait touché plusieurs clubs.

Les équipes n'avaient disputé au mieux que deux matches, au lieu de quatre, quand celles victimes de contaminations avaient même vu leur match de la deuxième journée être annulé avec défaite sur tapis vert.

L'EPCR, critiqué pour son protocole sanitaire, jugé insuffisamment strict, avait dû le renforcer tout en revoyant encore la formule de ses compétitions après l'avoir déjà modifiée par rapport à l'an passé pour s'adapter à la pandémie.

- Mola critique -

La prestigieuse "Champions Cup" et le Challenge européen reprennent à partir de vendredi avec les huitièmes de finale.

L'entraîneur du Stade toulousain, Ugo Mola, est monté au créneau mercredi lors d'un point presse, reprochant à l'EPCR un "manque de décision" à propos des formats de compétition.

"On ne connaît déjà même pas le format de la saison prochaine. On a des pressions entre la ligue anglaise, la ligue française, la ligue celte. On est toujours dans ce jeu de pouvoir et de politique", a-t-il affirmé.

"Ce que je regarde, c’est que d’autres sports avancent. Vite. Dans les formats, dans la manière de présenter leur sport. Même si c’est un tout autre sport, quand vous regardez la Formule 1, vous sentez qu’il y a eu une vraie révolution dans la manière d’aborder la compétition, les règlements. La manière dont on la diffuse. Et j’ai bien peur que le rugby se prenne les pieds dans le tapis si on continue à vouloir faire le rugby de papa", a poursuivi le coach du club quatre fois lauréat de la "Champions Cup".

Contacté par l'AFP, l'EPCR n'a pas souhaité réagir sur ce point.