Hand: "A nous d'être sûrs de nos forces", lance Remili avant le 8e aller de C1

Paris (AFP) –

Publicité

"A nous d'être sûrs de nos forces et de continuer à monter en puissance", a estimé l'arrière droit et demi-centre du Paris SG Nedim Remili, avant de se déplacer à Slovénie jeudi pour y affronter Celje en 8es de finale aller de la Ligue des champions.

Q: Votre préparation pour ce match a été perturbée avec sept jours d'isolement après deux cas de Covid le 22 mars. Comment ça s'est passé?

R: "Ça fait du bien d'avoir pu souffler, d'avoir eu une petite pause. On peut se dire que ce n'est pas l'idéal en amont d'un huitième de finale de Ligue des champions et d'un déplacement à Celje. Maintenant, je pense que l'on a tous pu recharger les batteries. On a presque tous joué le Mondial en janvier, jusqu'au dernier carré. Il y a eu les TQO mi-mars. Ça ne s'arrête pas. Avoir eu sept jours, ça nous a fait du bien. On a eu lundi et mardi où on nous a dit de ne rien faire, et à partir de mercredi on a recommencé le travail en visio, de la préparation physique qui était même plus dure que les séances de musculation habituelles."

Q: La menace Covid est plus forte sur les rencontres à élimination directe, car une équipe qui ne peut pas jouer le match retour est d'office éliminée. Avez-vous cela à l'esprit?

R: "On n'est pas loin du summum de la précaution. On fait vraiment tous attention dans notre famille, en dehors, aux quelques contacts que l'on peut avoir avec l'extérieur. Le club fait très attention aussi, dans les déplacements. On est très prudents, et on ne peut pas faire plus."

Q: Pour ce 8e de finale contre les Slovènes de Celje, Paris endosse-t-il le costume de favori? Cette équipe peut-elle être un piège?

R: "Oui, il ne faut pas se cacher, on est favori. On a fini deuxième de notre poule, Celje septième de la sienne. L'équipe de Celje change tous les ans, parce qu'elle se renouvelle avec des jeunes. Ça doit être une des équipes qui forme le plus en Europe. Souvent, les jeunes de l'ex-Yougoslavie vont jouer à Celje, jouer les premiers rôles dans le championnat, connaître la Ligue des champions et après s'expatrier et gravir les échelons. On connait le club, mais on ne peut pas dire qu'on connait l'équipe, parce que ça change vraiment toutes les années. C'est une équipe potentiellement très dangereuse avec des jeunes plein de fougue. On sait à quel point ce match peut être très dangereux. A nous d'être sûrs de nos forces et de continuer à monter en puissance."

Propos recueillis par Thomas BACH