L1: Lyon renaît à Monaco et rêve encore de C1

Monaco (AFP) –

Publicité

Mené à Monaco puis réduit à dix, Lyon a trouvé les ressources pour s'imposer au pied du Rocher dimanche (3-2) et se relancer dans la course à la Ligue des champions face à un adversaire direct qui dit, de son côté, adieu au titre en Ligue 1.

L'OL savait qu'il ne disposait que d'une dernière cartouche pour espérer terminer la saison sur le podium, synonyme de qualification en C1. Face au troisième du Championnat, seule une victoire permettait aux hommes de Rudi Garcia d'y croire encore... Celle-ci s'est dessinée au terme d'un scénario fou.

D'abord mené par un but de Kevin Volland, Lyon a donné les clés de son animation à Memphis Depay, buteur (57e) puis passeur décisif pour la tête victorieuse de Marcelo (77e), et enfin à sa jeune pousse Rayan Cherki, venu offrir à l'OL une victoire incroyable à la 89e minute, juste après un penalty de Wissam Ben Yedder.

Ce scénario est d'autant plus improbable que l'OL aura marqué deux de ses trois buts après l'exclusion de Maxence Caqueret, à un moment où les Rhodaniens dominaient pourtant outrageusement (70e)...

Et la rencontre s'est terminée en bagarre générale, au terme de 90 minutes d'une intensité souvent proche de l'agressivité, à l'image du coup de poing d'Anthony Lopes sur une sortie aérienne, qui a offert à Monaco un penalty.

L'arbitre Clément Turpin a fini par devoir adresser quelques cartons rouges dans cet épilogue insensé pour calmer tout le monde, à Willem Geubbels et Pietro Pellegri, mais aussi De Sciglio, laissant redouter une flopée de suspensions lors de la prochaine journée, pourtant cruciale pour le sprint final.

Quelle période de folie pour les hommes de Rudi Garcia ! En dix jours, il auront vécu une élimination en Coupe de France contre ces mêmes Monégasques (2-0), une défaite frustrante face à Lille (3-2 après avoir mené 2-0), la sensation d'avoir laissé filer toute chance de podium, puis ce match renversant qui leur permet de revenir à un point de l'ASM et de reprendre espoir.

Avec 70 points, Lyon talonne Monaco d'une longueur. Il n'a toujours pas son destin en main mais peut se permettre de rêver à une place sur le podium, synonyme de Ligue des champions en 2021-22.

- Depay répond à Ben Yedder -

Monaco, qui restait sur cinq victoires de suite et n'avait plus encaissé un seul but depuis deux mois toutes compétitions confondues, perd lui énormément sur cette rencontre: il dit quasiment adieu au sacre, laissant cinq points d'avance à Lille et quatre au Paris SG. Surtout, il tremble désormais par rapport à ses chances de Ligue des champions, même s'il verra la C1 s'il remporte ses trois dernières rencontres.

Le club dirigé par Jean-Michel Aulas pourra se satisfaire devant la hargne affichée par les Lyonnais en seconde période dimanche, symbolisée par le but du capitaine Memphis Depay, étincelant sur le Rocher (57e) et auteur également d'une passe décisive pour Marcelo (77e).

Cette hargne le confortera dans l'idée que son groupe n'est pas totalement impuissant en cette fin de saison, malgré plusieurs joueurs en fin de contrat ou en partance, à commencer par Depay. Cela redonnera peut-être aussi du crédit à l'entraîneur Rudi Garcia, dont le bail dans le Rhône expire lui aussi en juin...

Monaco, de son côté, regrettera d'avoir sombré en seconde période, alors que Wissam Ben Yedder et Kevin Volland avaient illuminé la première. Dimanche, l'Allemand et le Français ont encore impressionné, se cherchant constamment, à l'image du but tout en vitesse inscrit par le premier, sur un service du second (25e). Le 16e but de Volland, qui aurait même pu en marquer un 17e s'il n'avait pas voulu à tout prix offrir un caviar à son acolyte français (37e) ou s'il avait eu plus de réussite sur une reprise de volée soudaine, consécutive à un ballon piqué magique de... Ben Yedder (41e).

Le duo pensait un temps réussir à éclipser Memphis Depay... C'était sans compter sur une seconde période étincelante, et gage d'espoir pour les trois dernières rencontres d'un Championnat haletant où l'OL jouera sa carte jusqu'au bout.