Les longues journées de Napoléon à Sainte-Hélène, thème d'une exposition en Belgique

Braine-l’Alleud (Belgique) (AFP) –

Publicité

Sa baignoire en cuivre, ses tenues d'intérieur, ses boules de billard: une exposition en Belgique dévoile une facette moins connue de Napoléon, celle d'un empereur déchu qui doit lutter contre l'ennui lors de son exil forcé sur l'île de Saint-Hélène.

Baptisée "De Waterloo à Sainte-Hélène, la naissance d'une légende", l'exposition s'est ouverte mercredi, jour du bicentenaire de sa mort, le 5 mai 1821, sur ce micro territoire britannique perdu en plein Atlantique sud.

Elle se tient jusqu'en octobre au Mémorial de la bataille de Waterloo, au sud de Bruxelles, haut lieu de mémoire en Belgique pour célébrer celui qui régna aussi un temps sur le pays (les anciens "Pays-Bas du Sud", devenus le royaume de Belgique en 1830).

"Ce quotidien à Sainte-Hélène, c'était le chaînon manquant entre la défaite de Waterloo en 1815, que tout le monde connaît, et le moment de sa mort", fait valoir le commissaire de l'exposition, l'historien français David Chanteranne, lors d'une visite de presse.

Un décès entouré de soupçons qui lui vaudra au total "cinq autopsies", d'après l'historien. Il explique que les Anglais voulaient vérifier les conclusions initiales du médecin personnel de l'empereur, le chirurgien corse François Antommarchi.

Napoléon, qui meurt à 51 ans des suites d'un ulcère à l'estomac, était malade depuis plusieurs années, une situation qui a contribué à assombrir encore davantage son humeur à Sainte-Hélène.

- Jardinier-paysagiste -

Quand Antommarchi arrive à son chevet en 1819 il le trouve déprimé et l'incite à mettre le nez dehors pour "faire de l'exercice". C'est ainsi que l'ancien chef militaire se mue en jardinier-paysagiste, raconte M. Chanteranne.

Les jardins autour de la maison de Longwood à Sainte-Hélène ont été "dessinés par Napoléon en personne", vante aujourd'hui la Fondation éponyme en présentant ce domaine de 16 hectares devenu au milieu du XIXe la propriété de l'Etat français.

La plupart des objets personnels exposés au Mémorial de Waterloo, sur la commune de Braine-l'Alleud, viennent "directement" du domaine et n'ont jamais été présentés ailleurs, assurent les organisateurs.

Parmi eux: cette baignoire en cuivre foncé dans laquelle Napoléon passait "entre une heure et une heure et demie par jour", "chaque après-midi à partir de 14H00", soulignent-ils.

L'histoire retient qu'outre ses maux d'estomac l'ancien consul souffrait depuis la Révolution de problèmes cutanés, nécessitant "des bains chauds, quasi bouillants".

L'habitude de longues séances dans l'eau se renforça durant son lointain exil, au point que certains proches étaient conviés autour de la baignoire pour "des entretiens interminables", est-il aussi indiqué.

L'exposition montre une paire de bas en soie, un long chemisier blanc et un soulier en cuir souple ayant appartenu à Napoléon, comme si sa tenue de sortie de bain attendait encore l'ex-empereur... Bien loin de l'image de l'homme en bottes, veste militaire et bicorne qui a été la plus immortalisée.

Après sa mort, Napoléon a été enterré au fond d'une vallée à Sainte-Hélène, où son corps est resté près de vingt ans, jusqu'à son transfert aux Invalides à Paris en 1840.