JO de Tokyo: les participants japonais devraient être vaccinés en juin (médias)

Tokyo (AFP) –

Publicité

Le Japon compte vacciner ses sportifs olympiques contre le Covid-19 d'ici fin juin, soit avant la majeure partie de sa population, alors que la campagne nationale de vaccination progresse très lentement, ont rapporté des médias locaux mercredi.

La présidente du comité d'organisation des Jeux de Tokyo, Seiko Hashimoto, n'a pas confirmé directement ces informations dans la soirée, mais a déclaré que les vaccins destinés aux sportifs feraient l'objet d'une "allocation distincte" de celle destinée au grand public.

"Dans le cas du Japon, les progrès du programme de vaccination des citoyens n'ont pas été satisfaisants, de sorte que de nombreuses personnes sont mécontentes parce qu'elles ont l'impression que les athlètes sont prioritaires", a-t-elle admis devant les journalistes.

Les JO de Tokyo, reportés en 2020 du fait de la pandémie, sont désormais prévus du 23 juillet au 8 août.

Selon les quotidiens Nikkei et Yomiuri, un plan prévoit de vacciner 2.500 participants japonais aux JO (athlètes, mais aussi entraîneurs), et leurs fédérations sportives respectives seraient chargées d'administrer les doses.

La semaine dernière, le géant pharmaceutique américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont annoncé un accord avec le Comité international olympique (CIO) pour livrer des vaccins aux participants des JO.

Le CIO avait aussi annoncé en mars un accord pour obtenir des vaccins chinois.

Seul le vaccin de Pfizer/BioNTech est autorisé au Japon pour le moment, et le gouvernement nippon fait face à des critiques grandissantes sur le lent démarrage de sa campagne de vaccination comparé à d'autres pays, en dépit d'une forte recrudescence locale de la pandémie depuis plusieurs semaines.

Pour l'heure, seuls les professionnels de santé et les personnes de 65 ans et plus sont éligibles à la vaccination au Japon. A peine 1% de la population totale du pays a reçu les deux injections du vaccin de Pfizer/BioNTech.

Une nette majorité de la population nippone est opposée à la tenue des JO de Tokyo, craignant que cela n'aggrave la crise sanitaire dans l'archipel, selon de nombreux sondages.

Les organisateurs des JO ont été critiqués aussi pour avoir demandé un renfort bénévole de professionnels de santé lors des Jeux, alors que le système médical nippon est au bord de l'asphyxie à cause de la pandémie.

Leur appel semble toutefois avoir été entendu: 280 médecins se sont portés volontaires pour l'événement, alors que les organisateurs en espéraient 200, a rapporté mercredi l'agence de presse japonaise Kyodo.

Les organisateurs des JO continuent d'assurer que les Jeux pourront se dérouler en toute sécurité cet été.

Un responsable d'un grand sponsor olympique, Toyota, a cependant déclaré mercredi que le géant automobile japonais était préoccupé par la situation.

"Nous réfléchissons chaque jour avec anxiété à la meilleure façon de procéder", a déclaré à la presse Jun Nagata, directeur de la communication de Toyota. "L'esprit des Jeux olympiques et paralympiques (...) repose sur le principe que les sportifs ainsi que les habitants du Japon se trouvent dans un environnement sûr", a-t-il dit.

"Une partie de la frustration des Japonais a été dirigée vers les sportifs, probablement en raison des inquiétudes. En tant que sponsor, nous le regrettons vraiment".