GP de France moto: Miller gagne une course épique devant Zarco et Quartararo

Le Mans (AFP) –

Publicité

L'Australien Jack Miller a remporté dimanche un Grand Prix de France MotoGP épique devant les deux Français Johann Zarco et Fabio Quartararo, ce dernier reprenant la tête du championnat du monde.

Miller (Ducati) remporte ainsi sa deuxième victoire consécutive, après celle en Espagne il y a quinze jours, à l'issue d'une course perturbée par la pluie qui a obligé les pilotes à changer de machines en début de course pour utiliser celles équipées de pneus pour piste mouillée.

Zarco (Ducati-Pramac) est remonté comme un bolide sur Miller dans la deuxième partie de course échouant toutefois à le rattraper. Quartararo (Yamaha) a choisi d'assurer la troisième place qui lui permet de reprendre la tête du championnat avec un point d'avance sur l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati), quatrième dimanche.

"Le vent s'est ajouté à la pluie et j'ai cru que la course allait être arrêtée", a déclaré Miller à l'arrivée. Il a en plus été contraint d'observer une double pénalité (tour rallongé) pendant la course pour avoir dépassé la limite de vitesse dans la voie des stands alors qu'il changeait de moto.

"Deux victoires de suite c'est fantastique", s'est-il félicité. Il remonte à la 4e place du championnat et remporte sa 3e victoire en MotoGP.

"Peut-être que si on avait changé de moto un tout petit plus tôt on aurait pu gagner la course", a affirmé pour sa part Johann Zarco qui obtient sa 3e seconde place cette saison et remonte à la 3e place du championnat derrière Quartararo et Bagnaia. Il n'est toutefois pas parvenu à accrocher une première victoire en MotoGP à son palmarès.

- confusion générale -

"Je suis si heureux, c'est comme une victoire pour moi", a souligné lui Quartararo, indiquant que son pneu avant était complètement usé à la fin de l'épreuve.

Il a également connu une émotion en manquant dans la confusion générale de se tromper de moto lors du changement, s'élançant d'abord, avant de se raviser, pour monter sur celle de son coéquipier espagnol Maverick Vinales, parti 2e sur la grille mais qui n'a pu faire mieux que 10e.

L'épisode lui a fait écoper d'une pénalité sous la forme d'un tour rallongé.

Après l'averse, le soleil est revenu sur le circuit Bugatti au Mans, obligeant les concurrents à terminer l'épreuve avec leurs pneus pour la pluie qui se sont vite dégradés. Dans ces conditions, c'est Zarco qui s'est montré le plus rapide mais il n'a pu rattraper Miller qui a terminé avec un peu moins de quatre secondes d'avance sur lui.

De nombreux pilotes sont tombés alors que la piste était mouillée ou humide, la plupart se relevant avec leur machine pour continuer la course, souvent pour chuter à nouveau quelques tours plus tard.

Marc Marquez (Honda), le sextuple champion du monde espagnol qui revient sur les circuits après avoir manqué quasiment toute la saison passée sur blessure, a été l'un d'entre-eux, abandonnant après sa deuxième chute alors qu'il remontait sur les hommes de tête.

Bagnaia peut se féliciter d'avoir limité les dégâts. Parti très loin sur la grille après des qualifications ratées puis également pénalisé pour les mêmes raisons que son coéquipier Miller, sa 4e place lui permet de rester quasiment au niveau de Quartararo au classement provisoire du championnat.

Il a également profité de la vélocité des Ducati sous la pluie et dans des conditions de piste précaires, la marque italienne plaçant trois machines dans les quatre premières.