Marine Le Pen: "Qu'on ne puisse plus toucher à un policier..."

Bordeaux (AFP) –

Publicité

Marine Le Pen, exprimant son "soutien" aux policiers, a demandé mercredi à Bordeaux plus de fermeté à l'encontre des agresseurs des forces de l'ordre, pour "qu'on ne puisse plus toucher à un policier sans que les conséquences pénales soient extrêmement dures".

"Le message qui doit être lancé aux délinquants et aux criminels c'est : si vous touchez à un policier, vous risquez de rester de longues années en prison", a déclaré la présidente du Rassemblement National à des journalistes devant l'Hôtel de police de Bordeaux, avant un déplacement électoral en Gironde.

"Je suis navrée de dire à ceux qui nous gouvernent, que la fermeté dans ce domaine, ça marche !", a poursuivi Mme Le Pen, qui venait d'être reçue, en sa qualité de députée, par le Directeur départemental de la sécurité publique de la Gironde, a-t-on précisé de source policière.

Evoquant la justice qui, lors de la manifestation parisienne, a été cible de syndicats de police, Mme Le Pen a estimé que "la justice continuera d’être laxiste tant que la justice n’aura pas les moyens de pouvoir mettre à l’ombre ceux qui doivent être mis à l’ombre".

"Il faut en bout de chaîne créer des places (...) de prison mais également des places de centres éducatifs fermés, ou semi-fermés, ou ouverts, en fonction de la gravité et de la qualité de primo-délinquant ou de mineur ou non, du délinquant", a précisé Mme Le Pen.

"Si on ne fait pas ça, alors les juges n’oseront pas condamner à de la prison ferme. Ils abaisseront le niveau des peines en permanence parce qu’ils savent qu'il n’y a rien de pire qu’une peine qui est prononcée et pas appliquée", a-t-elle conclu.

Mme Le Pen effectuait mercredi un déplacement en Gironde, au Cap Ferret, en soutien d'Edwige Diaz, tête de liste à l'élection régionale en Nouvelle-Aquitaine. Un récent sondage a crédité le RN de 24% d'intention de vote au premier tour, deuxième juste derrière la liste du président sortant PS Alain Rousset (25%).