Dew Tour: ce qui se fait de mieux sur la planète skate est à Des Moines à deux mois des JO

Paris (AFP) –

Publicité

Un rendez-vous comme il en existe rarement ! Dès jeudi, tous les meilleurs skaters se retrouvent dans l'Iowa, à Des Moines, sur le Dew Tour, compétition de référence qui se double cette fois d'un bonus pour les JO.

A deux mois des Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août) où le skateboard fera son entrée avec deux disciplines, le street et le park, les riders n'ont toujours pas leur sésame. Ils seront délivrés en vertu du classement mondial, soit un ticket pour les 20 meilleurs de chaque catégorie (garçons et filles, street et park), avec un maximum de trois par nation pour chacune des épreuves.

Le processus de sélection avait commencé en 2019, mais la crise sanitaire due au Covid-19 avait mis un long coup d'arrêt. Un an et demi sans compétition...

Les skaters y reviennent enfin pour ce qui sera le seul rendez-vous des spécialistes du park (ou bowl). Les "streeters" auront encore une chance à saisir, avec les Mondiaux à Rome (30 mai-6 juin).

Le Dew Tour est un incontournable dans le milieu du skateboard et Des Moines a mis les petits plats dans les grands pour offrir du grand spectacle, avec deux skateparks flambant neufs.

- "Plus stressé" -

La superstar Nyjah Huston, actuel N.1 mondial en street, sera de la partie, tout comme le vainqueur de l'édition précédente (2019), le Français Aurélien Giraud, 7e au classement mondial.

"Tout le monde sera là. Le Dew Tour va être ma première vraie compétition depuis le Covid, ça va être bizarre. On va sûrement être plus stressé que d’habitude parce que ça fait un moment", glisse à l'AFP Giraud, qui a choisi cette année de s'installer de façon permanente en Californie, l'épicentre de la sphère skate.

Evoluant dans le Top 12 mondial, son compatriote Vincent Milou promet un super show avec de nouveaux "tricks" (figures) en démonstration sur les différents "runs" (séries).

"Chaque année, tous les skaters progressent. D'année en année, tu essayes de changer les tricks que tu fais en contest (compétition) sinon ça devient super répétitif. Sur un run de 45 secondes, généralement tu fais dix tricks d’affilée et après, tu as le best trick (la meilleure figure)", explique à l'AFP le champion d'Europe en titre, qui passe la moitié de sa vie à Long Beach.

- La jeune génération en force -

Chez les filles en street - faire des figures très techniques sur des modules rappelant le mobilier urbain -, les Brésiliennes tiendront les premiers rôles. A commencer par la N.1 mondiale, Pamela Rossi, qui pourrait être malmenée par sa toute jeune et hyper talentueuse compatriote, Rayssa Leal, deuxième au classement mondial à seulement 13 ans.

Leur "grande sœur", Leticia Bufoni (28 ans), qui a fait les beaux jours du street féminin, entend tenir sa place dans le top 5.

En park - figures aériennes dans une cuvette profonde -, ce sera un défilé de jeunes filles particulièrement douées. Sur les quatre premières au classement, aucune n'a atteint les 20 ans, en tête de liste se trouve la Japonaise Misugu Okamoto, 14 ans.

La Française Madeleine Larcheron, 15 ans, figure sur ce plateau élitiste.

Tous les yeux seront rivés sur la Britannique Sky Brown, 12 ans, qui fait son retour après un terrible accident. Il y a un an, elle chutait très lourdement de plusieurs mètres de hauteur en exécutant un trick.

"Ca va être une semaine amusante ! Je suis impatiente, ça va être sympa de voir toutes les filles et de voir ce qu'apporte la nouvelle génération", a-t-elle posté sur compte Instagram.

Les garçons seront emmenés par l'Américain Heimana Reynolds.

Le meilleur Français, Vincent Matheron, renouera avec la compétition après une triple fracture d'une cheville en juin dernier et ridera avec "encore des vis dans la cheville".

Les finales auront lieu dimanche.