Rallye du Portugal: retour sur terre pour le WRC

Paris (AFP) –

Publicité

Après l'asphalte et la neige, le Championnat du monde des rallyes (WRC) retrouve sa surface de prédilection, la terre, au Portugal de vendredi à dimanche, avec Sébastien Ogier à la meilleure position au classement des pilotes, mais pas sur la route.

"La terre est la meilleure surface pour montrer le potentiel de nos voitures et là où on en profite le plus", rappelle le leader du championnat avec deux succès en trois manches (au Monte-Carlo et en Croatie), qui compte huit points d'avance sur le Belge Thierry Neuville (Hyundai) et dix sur son équipier britannique chez Toyota Elfyn Evans.

C'est plus agréable, toutefois, quand vous n'avez pas le handicap d'ouvrir la voie devant vos adversaires lors de la première journée, comme ce sera une nouvelle fois le cas pour Ogier, même si un printemps morose pourrait lui permettre de limiter la casse.

"Il a beaucoup plu ces dernières semaines et, du coup, le sol est plus compact", a remarqué le septuple champion du monde français pendant les reconnaissances.

"On attend des conditions plus sèches pour le départ, il est donc toujours difficile d'estimer la pénalité d'ouvrir la route, mais je suis du genre à rester confiant", poursuit celui qui partage avec le Finlandais Markku Alén le record de cinq succès dans l'épreuve.

- Nouveaux copilotes -

Autre facteur de différenciation repéré par Ogier, Neuville ou encore le champion 2019, l'Estonien Ott Tänak (Hyundai): les pneus Pirelli inaugurés cette saison et utilisés sur terre pour la première fois, hors essais privés.

"Personne ne sait exactement comment les gérer, estime le pilote belge. Je pense qu'il y aura des surprises, d'autant plus que les conditions seront très différentes entre les essais, les +recos+ et la course. On manque tous d'expérience mais nous avons des pistes."

Pour en finir avec les favoris au championnat, Tänak, dernier vainqueur de l'épreuve en 2019 (l'édition 2020 a été annulée à cause du Covid-19), est pointé à 21 unités du leader, une longueur seulement devant le précoce Finlandais Kalle Rovanperä (Toyota), 20 ans.

Chez Hyundai, l'Espagnol Dani Sordo (guidé par un nouveau copilote, Borja Rozada) vient seconder Neuville et Tänak pour tenter de refaire un retard de 27 points sur les "Toy" au classement des constructeurs.

Le Français Pierre-Louis Loubet (Hyundai 2C Compétition) est lui aussi associé à un nouveau copilote, Florian Haut-Labourdette, afin de tenter d'inscrire ses premiers points de la saison, après des débuts difficiles.

Son compatriote Adrien Fourmaux, pour sa part, retrouve M-Sport Ford fort de sa cinquième place en Croatie fin avril, pour sa première dans la catégorie reine. "Je m'attends à un plus gros challenge, car là-bas personne ne connaissait le parcours alors qu'ici les autres ont de l'expérience", ne cache pas l'intéressé.

- Pas de huis clos -

En effet, si les deux manches précédentes (Rallyes Arctique et de Croatie) étaient inédites, le WRC retrouve cette semaine un terrain connu.

Avec vingt spéciales et 337,51 km chronométrés, le Rallye du Portugal est le plus long jusque-là cette année. Basée à Matosinhos, près de Porto, cette quatrième épreuve propose des routes de terre rapides et techniques au nord et au centre du pays, sablonneuses lors des premiers passages, rocailleuses et accidentées ensuite.

Gare à la casse vendredi: il faudra parcourir deux boucles de trois spéciales sans assistance mécanique. Puis l'étape se terminera par le retour après vingt ans d'absence de la spéciale de Mortágua et une super-spéciale en duel sur un circuit de rallycross.

Samedi, direction les montagnes de Cabreira, avec trois spéciales parcourues deux fois puis une ES urbaine près de Porto. Cinq dernières spéciales sont au programme dimanche, dont deux passages sur la fameuse Fafe, une des favorites des spectateurs, qui fera office de Power Stage.

Car spectateurs il y aura, en dépit de la pandémie de Covid-19. Sur des routes publiques, c'est "inévitable", admettent les organisateurs et les autorités sanitaires, comme l'a démontré le Rallye de Croatie, dont le huis clos n'a pas été respecté.