"Pas de sujet interdit aux écologistes": Jadot défend son soutien aux policiers

Paris (AFP) –

Publicité

"Il n'y a pas de sujet qui serait par nature interdit aux écologistes", fait valoir vendredi l'eurodéputé et potentiel candidat à la primaire écologiste Yannick Jadot dans un courrier aux militants, en réponse aux critiques sur sa présence à la manifestation des policiers mercredi.

"Nous devons être à leurs côtés. Nous devons soutenir les syndicats et les policiers qui refusent les dérives. Nous devons leur parler. Laisser à la droite et l'extrême droite le monopole de la parole sur la sécurité, c'est précisément laisser toute la place à la surenchère sécuritaire", défend-il dans ce texte publié sur sa plateforme 2022.

"C'est ainsi que l'écologie doit contribuer à transformer notre pays: dans la capacité d'écoute et de réconciliation, pas dans l'exacerbation des haines, des colères ou des passions tristes", ajoute-t-il.

Ainsi, "cette manifestation doit nous interroger sur nos manières de lutter contre le Rassemblement national et tout ce qui l’alimente", poursuit-il: "Faut-il considérer que parce que Le Pen ou Zemmour sont quelque part ou disent quelque chose, ce quelque part et ce quelque chose leur appartient ? Aujourd'hui la police, et demain ? Les services publics ? L'école ? Ces terrains sont les nôtres et nous devons y porter nos valeurs, nos diagnostics et nos propositions".

Aux critiques en interne sur sa présence à la manifestation il oppose la nécessité d'"être soucieux de la nuance, avocats inlassables d'un débat public respectueux, aussi loin que possible des postures caricaturales comprimées en 280 caractères" sur Twitter.

"Notre doctrine de sécurité est bien plus à même d'apaiser notre pays que les coups de menton, la démagogie à courte vue et les dérives sécuritaires qui l'abîment", fait encore valoir Yannick Jadot, en disant son "attachement à une police républicaine", et son "refus absolu des peines planchers".

Et de rappeler ses propositions, notamment un ministère de l’Intérieur transformé en ministère de la Protection républicaine, avec notamment le transfert des compétences relatives à l'accueil des réfugiés et aux migrations à un ministère de la Solidarité et de l’Intégration, la légalisation du cannabis, une police des polices indépendante et rattachée à la Défenseuse des Droits.