Athlétisme: Richardson piégée par Asher-Smith et la pluie

Gateshead (Royaume-Uni) (AFP) –

Publicité

Vent, pluie, froid: l'ouverture de la Ligue de diamant, dimanche à Gateshead, a fortement pâti des conditions climatiques très difficiles dans le nord de l'Angleterre, gâchant notamment le test passé par Sha'Carri Richardson, le nouveau phénomène du sprint féminin, dominée par la Britannique Dina Asher-Smith sur 100 m.

L'Américaine, qui a frappé très fort en avril en devenant à 21 ans la 6e coureuse la plus rapide de l'histoire sur la ligne droite (10 sec 72), était très attendue pour sa première grande confrontation avec les pointures mondiales de la distance. Mais elle n'a pas réussi à se montrer à la hauteur de sa réputation naissante.

Par une température très fraîche (11°), sous une pluie incessante et avec des ravales soufflant de face (-3,1 m/s), Richardson a été piégée par la vedette locale Dina Asher-Smith. Et le chrono n'a logiquement pas été au rendez-vous, la quadruple championne d'Europe s'imposant en 11 sec 35 devant la native de Dallas (11 sec 44) et l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou (11 sec 48).

La Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce, double médaillée d'or olympique du 100 m et autre star au casting de cette course de très haut niveau, n'a fini que 4e (11 sec 51).

- Richardson attendue à Doha -

La première sortie d'envergure de Richardson, qui n'avait jamais disputé de course en dehors de son pays avant le meeting d'Ostrava mercredi (victoire sur 200 m en 22 sec 35), est donc plutôt à oublier. Mais l'Américaine trouvera sans doute un meilleur contexte et un ciel beaucoup plus clément le 28 mai lors de la 2e étape de la Ligue de diamant à Doha où elle poursuivra sa tournée.

Elle est en tout cas impatiente de prendre sa revanche, avec en point de mire la grande explication prévue aux JO de Tokyo.

"Je veux faire savoir au monde et faire savoir à ces dames que je suis ici pour courir aussi bien qu'elles le font depuis de nombreuses années. Je suis ici pour leur montrer ce dont je suis capable", a-t-elle lâché, toujours aussi sûre d'elle.

Sur 1500 m, le Norvégien Jakob Ingebrigtsen a signé une rentrée sans éclat en s'imposant en 3 min 36 sec 27. Les caprices de la météo n'ont pas non plus aidé les perchistes, le double champion du monde américain Sam Kendricks s'en sortant à peine mieux (5,74 m) que le recordman du monde Armand Duplantis, qui n'est pas allé plus haut que 5,55 m.

"Je n'avais pas battu +Mondo+ depuis les Mondiaux de Doha en 2019 mais je ne dirai jamais que nous sommes sur un pied d'égalité, a déclaré Kendricks. Il est à un autre niveau. Ce sont peut-être les conditions qui nous ont placés au même niveau. C'était en tout cas le concours le plus amusant de l'année. C'était difficile mais cela aurait été beaucoup plus difficile sans le public. L'énergie de la foule derrière nous était très forte."