Hand: le dilemme des Brestoises face à l'euphorie des Messines

Paris (AFP) –

Publicité

Après une finale aller de la Ligue féminine largement perdue à Metz (31-24), les handballeuses brestoises font face à un dilemme avant le retour dimanche (15h35): tout donner, au risque de compromettre leurs chances au prochain Final 4 de Ligue des champions dans une semaine.

Est-il possible en l'espace de quatre jours de retrouver de l'énergie pour renverser une finale du championnat de France? Tel est le défi qui attend les joueuses de Laurent Bezeau dimanche après-midi dans leur Arena, où elles retrouveront enfin leur public et 800 supporters pour essayer de faire basculer la finale.

Cette double confrontation arrive au cœur des quinze jours les plus importants de l'histoire du BBH: la semaine dernière le club a remporté sa troisième Coupe de France en battant Nantes à Créteil, et dans une semaine, il disputera à Budapest son premier Final 4 de Ligue des champions.

La finale de la Coupe de France a émoussé les Brestoises qui ont été bousculées comme jamais ces derniers mois par les Messines. Celles-ci ont réalisé de leur côté leur meilleur match de la saison au meilleur moment, portées par leur gardienne allemande Dinah Eckerle (sept arrêts), leur demi-centre Méline Nocandy (six sur six) et leur arrière gauche/demi-centre Tjasa Stanko.

Au final, alors que Brest avait nettement remporté quatre des cinq affrontements cette saison face à Metz, les Dragonnes se sont offert un matelas de sept buts avant le match retour, qui leur permet d'aborder le match de dimanche en position de force pour conserver pour la cinquième saison consécutive le titre de champion de France.

- Ana Gros seule au match aller -

"Tout est possible, on est capables de gagner de 10 buts, on le sait, mais on va devoir se battre pour inverser la tendance", a insisté après le match aller le coach brestois Laurent Bezeau, qui vit ses derniers moments sur le banc du BBH.

"Si on n'est pas capables de monter notre niveau de jeu et notre agressivité et si Metz joue comme ce soir, ça va être difficile mais on a déjà montré qu'on était capables", a-t-il ajouté, avec à l'esprit le quart de finale aller de Ligue des champions contre les Messines remporté 34 à 24 par les Brestoises.

Pour cela, l'arrière droite slovène de Brest Ana Gros devra se retrouver un peu moins seule. Auteure de 10 buts à l'aller, elle n'a pas reçu le soutien habituel de ses coéquipières de la base arrière (Isabelle Gullden à 1 sur 4, Kalidiatou Niakaté à 1 sur 6, et Djurdjina Jaukovic à 3 sur 8).

"Devoir se battre", comme l'indiquait Laurent Bezeau, c'est aussi prendre le risque de perdre de l'énergie en vue de la demi-finale de C1 contre Györ, triple tenant du titre européen et grandissime favori, qui est prévue six jours seulement après la finale du championnat de France.

En début de saison, alors que Metz se trouvait en phase de reconstruction avec plusieurs joueuses cadres parties, dont la capitaine et demi-centre Grâce Zaadi, le président messin Thierry Weizman glissait: "Mais on a le meilleur entraîneur au monde".

Et Emmanuel Mayonnade, distingué par la Fédération internationale pour l'année 2019, a parfaitement réussi son coup à l'aller. Reste à bien aborder la seconde mi-temps dimanche en Bretagne.