Les Afro-Américains sourds préservent leur langue des signes grâce à TikTok

Washington (AFP) –

Publicité

"L’anglais n’est pas ma langue maternelle", écrit dans sa biographie TikTok Nakia Smith, qui a pourtant grandi au Texas. À 22 ans, la jeune femme noire sourde de naissance se sert de sa popularité sur le réseau social vidéo pour promouvoir son dialecte gestuel peu connu: la langue des signes américaine noire.

Dans ses vidéos, elle décrit à ses 400.000 abonnés les différences avec la langue des signes américaine standard (ASL). Entre autres, elle "parle" avec deux mains plutôt qu'une, utilise un espace plus ample et a davantage recours aux expressions faciales.

Pour le signe "papier" en ASL, on mime une feuille en tapant la main gauche avec la main droite, tout en déplaçant cette dernière vers l'extérieur. En langue des signes américaine noire, on agite les deux pouces au niveau des épaules vers l'extérieur, décrit Nakia à ses internautes.

"La langue des signes noire américaine vient de l’ASL, mais a plus de piment. Elle est plus impliquée émotionnellement", résume-t-elle à l'AFP, son frère faisant l'interprète.

"J’ai appris à +signer+ en regardant des membres de ma famille", explique Nakia, la quatrième génération sourde de sa famille. "Mais quand je suis allé à l’école, mes amis sourds ne me comprenaient pas. J’ai alors compris que la langue des signes noire était unique, et j’ai voulu en parler en ligne".

-Grande variété-

Ces différences, Carolyn McCaskill, professeure à l’université Gallaudet de Washington, l'un des plus grands établissements pour les sourds et malentendants au monde, les a remarquées il y a plusieurs décennies. Étant enfant en Alabama, elle a d'abord appris la langue des signes dans une école pour les sourds noirs, avant d’aller étudier à l’école des enfants blancs à la fin de la ségrégation.

"Les signes qu'ils utilisaient étaient complètement différents, alors que nos écoles étaient à 10 minutes l'une de l'autre", se souvient-elle.

Les premières écoles pour les sourds et malentendants aux États-Unis datent du début des années 1800, mais dans 17 états du Sud et à Washington, des écoles séparées pour les élèves noirs ont été établies vers la fin du siècle. Dans ces 18 établissements, une manière distincte de communiquer par les signes s’est développée naturellement, à partir de l'ASL.

Ces écoles ont existé 70 ans en moyenne, jusqu’à la déségrégation, suffisamment longtemps pour permettre l'émergence d’un dialecte aux caractéristiques qui lui sont propres.

Pour son livre, "Les trésors cachés de la langue des signes américaine noire", Mme McCaskill a interviewé des dizaines d’Afro-Américains sourds pour cataloguer les spécificités de ce dialecte. Du fait de l’éloignement géographique des communautés, la langue des signes noire américaine est d'une grande variété, et certains signes diffèrent d'une partie du Sud américain à une autre.

Certains se souviennent d’un cruel manque de moyens accordés à leurs écoles, et de professeurs peu où pas formés qui ne leur enseignaient pas toute la diversité de la langue des signes américaine standard.

"Nous, les étudiants noirs, étions répétitifs, nous manquions de variété, notre langue des signes était limitée", se souvient Pamela Baldwin, scolarisée dans l’Arkansas pendant et après la ségrégation, dans un entretien avec Mme McCaskill.

Cette absence de moyens explique l'aspect informel d’un dialecte dont la compréhension repose sur un éventail d’éléments de communications plutôt que sur le seul usage de signes préétablis.

- Emotion ou... robotisme -

"Les Noirs +signent+ avec plus de rythme, plus de style, avec des mots qui révèlent nos émotions et de manière plus libre. Je ne veux pas offenser les Blancs, mais leurs signes manquent d'affect, ils sont robotiques et ne montrent pas d’émotions", déclarait à Mme McCaskill un élève noir et sourd du Texas.

Aujourd’hui, la langue des signes noire américaine survit principalement par transmission intergénérationnelle, comme dans le cas de Mme Smith, qui l’a apprise par son grand-père. Cela rend l'estimation de son nombre de locuteurs pratiquement impossible, selon la professeure McCaskill.

"Les plus vieux locuteurs disparaissent, mais ça reste très vivant, la jeune génération veut préserver cette langue", explique l'experte. Elle-même a lancé le premier centre d’études de la surdité noire du pays en 2020 avec des collègues à Gallaudet, qui offre un cursus sur l'histoire et la culture des Afro-Américains sourds.

Elle espère que son centre servira de base pour la préservation du dialecte, mais reconnaît l'importance des figures comme Nakia Smith et de sa popularité sur les réseaux sociaux. "Ses vidéos sont virales et ont pu toucher différentes parties de la communauté noire, et c’est super."

Nakia, elle, souhaite plus de visibilité pour la langue des signes, standard où noire, et aimerait travailler dans le cinéma pour y contribuer. "Je veux la voir dans la culture populaire, dans les livres, dans les séries, où que ce soit."