Athlétisme: Rojas pour un nouvel envol, Samba et Benjamin se retrouvent

Doha (AFP) –

Publicité

La Vénézuélienne Yulimar Rojas a le record du monde du triple saut (15,50 m) dans le viseur, vendredi lors de la 2e étape de la Ligue de diamant à Doha qui marquera les retrouvailles entre Abderrahman Samba et Rai Benjamin, troisièmes performeurs de tous les temps sur 400 m haies.

. Rojas menace le record du monde

Six jours après avoir réussi la deuxième performance de l'histoire en plein air (15,43 m) au triple saut, à sept centimètres seulement du vieux record du monde de l'Ukrainienne Inessa Kravets (1995), Yulimar Rojas compte bien s'envoler de nouveau. La double championne du monde (2017, 2019) clame haut et fort son ambition de devenir "la première femme à 16 m" et semble être au sommet de son art à 25 ans.

Dans la chaleur de Doha, elle devrait trouver des conditions idéales pour un éventuel exploit et des adversaires capables de la pousser dans ses retranchements, à l'image des deux dernières médaillées d'or olympiques, la Colombienne Caterine Ibarguen (2016) et la Kazakhe Olga Rypakova (2012), qui lanceront leur saison estivale au Qatar.

. Retrouvailles Samba-Benjamin

Ces deux-là ne s'étaient plus affrontés depuis la finale du 400 m haies des Mondiaux de Doha en 2019: le Qatarien Abderrahman Samba et l'Américain Rai Benjamin se retrouvent un an et demi après leur ultime confrontation, avec les Jeux Olympiques en ligne de mire. En l'absence du maître actuel de la discipline, le Norvégien Karsten Warholm, les deux hommes, troisièmes performeurs de tous les temps (46 sec 98), pourront tranquillement régler leurs comptes avant la grande explication prévue à Tokyo.

Pour Samba, qui sort d'une année 2020 blanche et n'a couru que deux 400 m plat en 2021, il s'agira dans un premier temps de reprendre ses marques sur 400 m haies, alors que Benjamin a déjà fait très forte impression en avalant la distance en 47 sec 13, le 9 mai à Walnut (Californie).

"Je me sens très bien. J'ai été très surpris et je ne m'attendais pas à courir aussi vite d'entrée, ni mon entraîneur d'ailleurs. Mais on a pris le temps en début de saison pour nous focaliser sur différents aspects techniques et la gestion de course", a expliqué Benjamin jeudi.

. Un 400 m de feu

Avec les Américains Fred Kerley et Michael Norman au départ, le 400 m de Doha promet de faire des étincelles. Si on ajoute le coureur de la Grenade Kirani James, champion olympique (2012) et du monde (2011), ce sont trois hommes à moins de 44 sec sur le tour de piste qui en découdront à Doha.

Kerley, qui a frappé fort cette saison en rejoignant Norman et Wayde Van Niekerk dans le cercle très fermé des athlètes à moins de 10 sec sur 100 m (9 sec 91) et à moins de 44 sec sur 400 m (43 sec 64), aura à coeur de marquer son territoire face à ses deux grands rivaux, en attendant le retour au premier plan de Van Niekerk, le recordman du monde (43 sec 03), de nouveau blessé dimanche.

. Richardson fait faux-bond

Après une 2e place et un chrono décevant (11 sec 44) sous la pluie et les rafales de vent de Gateshead dimanche, on attendait une réaction de la bombe américaine Sha'Carri Richardson sur le 100 m de Doha. Mais la prodige US (21 ans), devenue en avril la 6e coureuse la plus rapide de l'histoire (10 se 72), a préféré renoncer après avoir ressenti des crampes en Grande-Bretagne.

A trois semaines des redoutables "Trials" qui décideront de la sélection américaine pour les JO, la native de Dallas n'a pas voulu prendre le moindre risque, laissant la double championne olympique (2008, 2012) Shelly-Ann Fraser-Pryce se mesurer à la Nigériane Blessing Okagbare et à l'Américaine Javianne Oliver, auteures toutes deux de 10 sec 97 cette année, ainsi qu'à l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou, triple médaillée aux Mondiaux.