Rues et murs de Saint-Germain-des-Près investis par des artistes dont JR

Paris (AFP) –

Publicité

De JR et des étudiants de l'école Kourtrajmé de Clichy au plasticien suisse Ugo Rondinone, des artistes investissent jusqu'au 10 juin les murs, les places et les colonnes Morris de la rive gauche, à l'occasion des 20 ans du "Parcours Saint-Germain".

Jusqu'alors le parcours était à l'intérieur d'établissements ou de boutiques de luxe du quartier, le temps d'une performance, d'une installation ou d'une exposition. L'an dernier, il avait été cependant annulé du fait du Covid.

Soucieux d'éviter une interdiction de dernière minute en intérieur du fait des restrictions sanitaires, les organisateurs ont préparé le parcours en extérieur. Des rues, des murs, la galerie d'honneur de la Sorbonne, les façades du Théâtre de l'Odéon, les quais de Seine où se trouvent les bouquinistes sont investis.

Pilotés par JR, les étudiants en art et image de l'école Kourtrajmé exposent par exemple leur travail collectif sur les colonnes Morris. JR lui-même dévoile un nouveau collage boulevard Saint-Germain. Et "The anonymous project" a collé aux murs des affiches réalisées à partir de leurs collections de photos de la fin du XXe siècle.

Le studio d'architecture "The Freaks" présente une sculpture florale monumentale, et l'artiste suisse Rondinone installe une sculpture de 2 mètres de haut.

Anne-Pierre d'Albis, fondatrice et présidente du "Parcours Saint-Germain", les avaient invités à l'audace après des mois de confinement: "S'ils veulent afficher sur les murs, nous disons oui! (...) Ils veulent un affichage sauvage, c'est interdit! Nous avons dit, allons-y! Ils veulent remplacer l'affichage des colonnes JC Decaux par de l'art? Foncez, plus que jamais!"

Sous l’égide du "Comité Saint-Germain", comité regroupant des galeristes notamment du quartier, Mme d'Albis avait fondé ce "Parcours", financé par diverses mécènes publics et privés, invitant des artistes à investir des cafés comme le café de Flore, des boutiques ou encore l'Ecole des Beaux-Arts, confrontant leurs oeuvres aux créations de la parfumerie, de la gastronomie, de la littérature.