La collection Morozov, feu d'artifice de chefs d'oeuvres à la Fondation Vuitton

Des personnes regardent des tableaux de Pierre Bonnard lors de la visite de presse de l'exposition de la collection Morozov, le 15 septembre 2021
Des personnes regardent des tableaux de Pierre Bonnard lors de la visite de presse de l'exposition de la collection Morozov, le 15 septembre 2021 GEOFFROY VAN DER HASSELT AFP/Archives
Publicité

Paris (AFP)

Des Van Gogh, Gauguin, Renoir, Cézanne, Matisse, comme s'il en pleuvait... Quatre ans après l'immense succès de l'exposition Chtchoukine, la Fondation Vuitton présente une autre collection de chefs-d'oeuvre, acquis au tournant du XIXe siècle par deux frères russes, les Morozov.

Trois fois reportée, pandémie oblige, cette exposition est l'événement artistique de la rentrée et ouvrira (enfin) ses portes mercredi à Paris, un an après la date prévue.

Collection Morozov, lors de sa présentation à la presse le 15 septembre 2021 à la fondation Louis Vuitton. Trois fois reportée, pandémie oblige, cette exposition est l'événement artistique de la rentrée
Collection Morozov, lors de sa présentation à la presse le 15 septembre 2021 à la fondation Louis Vuitton. Trois fois reportée, pandémie oblige, cette exposition est l'événement artistique de la rentrée GEOFFROY VAN DER HASSELT AFP/Archives

La collection Morozov présente 200 tableaux, sculptures, photographies et constitue le deuxième volet consacré aux grands collectionneurs russes, après l'exposition Chtchoukine (2016-17) qui avait attiré 1,29 million de visiteurs, un record.

Après avoir franchi une porte ornée d'un haut-relief, réplique de la sculpture de l'entrée du Théâtre d'art de Moscou, le visiteur fait connaissance du "clan Morozov", famille et amis des frères, Mikhaïl et Ivan. Puis se succèdent au fil des salles des oeuvres de Manet, Renoir, Toulouse-Lautrec, Monet, Picasso, Gauguin, Bonnard, Vuillard, Rodin etc.

Dans une salle à part, un Van Gogh peu connu captive: "La Ronde des prisonniers" (1890), dont le seul à fixer le spectateur est un homme aux cheveux roux, comme le peintre.

- Un oeil exceptionnel -

Qui étaient ces collectionneurs qui ont su reconnaître, dans l'effervescence du tournant du XIXe siècle, des artistes aujourd'hui stars des musées?

Exposition de la collection Morozov, à la fondation Louis Vuitton à Paris le 15 septembre 2021
Exposition de la collection Morozov, à la fondation Louis Vuitton à Paris le 15 septembre 2021 GEOFFROY VAN DER HASSELT AFP/Archives

Mikhaïl et Ivan Morozov naissent en 1870 et 1871 dans une famille moscovite d'industriels du textile, d'origine serve et de religion Vieux-croyant orthodoxe. Leur mère leur donne une éducation artistique, avec cours de dessin par des artistes russes venus se former à Paris et familiers des Impressionnistes.

C'est peut-être de là que vient l'acuité exceptionnelle dont les deux frères feront preuve dans leurs achats de peintures, avance Anne Baldassari, la commissaire de l'exposition - elle avait aussi été celle de "Chtchoukine".

Mikhaïl, l'aîné, voyage et acquiert dès ses 20 ans ses premiers tableaux à Paris. Il est "audacieux", choisit Manet, Degas mais surtout Van Gogh et Gauguin, pas du tout reconnus à l'époque, ajoute Anne Baldassari. C'est lui qui apporte en Russie, pour la première fois, un tableau de ces deux peintres.

Il meurt jeune (à 33 ans), mais sa collection compte déjà 39 tableaux signés Monet, Toulouse-Lautrec, Renoir, Gauguin etc.

Peinture de Pierre Bonnard présentée dans l'exposition de la collection Morozov, le 15 septembre 2021 à la fondation Louis Vuitton
Peinture de Pierre Bonnard présentée dans l'exposition de la collection Morozov, le 15 septembre 2021 à la fondation Louis Vuitton GEOFFROY VAN DER HASSELT AFP/Archives

Ivan est lui destiné à reprendre les affaires familiales et met sous le boisseau ses envies de devenir peintre. Lui aussi achète à Paris, de manière moins débridée que son aîné, mais avec un oeil tout aussi sûr.

Impressionnistes, post-impressionnistes, Nabis et surtout... Cézanne (il aura un "cabinet Cézanne" dans ses appartements). Ivan s'intéresse également aux peintres russes contemporains - plusieurs tableaux ont fait partie du voyage jusqu'à Paris.

- Envoyés dans l'Oural -

Les deux frères sont nés vingt ans après Sergueï Chtchoukine, industriel fortuné, lui aussi passionné par la peinture française de son époque. Les trois hommes achètent au même moment car Chtchoukine démarre sa collection à la quarantaine.

Ils se connaissent, s'apprécient et ont pour objectif de léguer leurs collections à la Galerie Tretiakov après leur mort. Avec la révolution bolchévique de 1917, les collections sont nationalisées, d'abord visibles aux murs des hôtels particuliers des deux industriels survivants puis réunies "dans un chaos pictural" avec d'autres objets d'art, dans quelques pièces d'une des deux demeures.

Les tableaux sont envoyés dans l'Oural au déclenchement de la guerre avec l'Allemagne en 1941 et y resteront des années, tant bien que mal conservés, par -40°... Ce n'est qu'à la fin des années 50 que le public soviétique pourra à nouveau les admirer à la Galerie Tretiakov, aux Musées Pouchkine (Moscou) et de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg).

C'est la première fois que ces trois musées prêtent autant de tableaux de la collection Morozov à l'étranger.

Après Chtchoukine et Morozov, peut-on attendre un troisième volet? Les trois hommes étaient les grands collectionneurs d'art français de leur époque, répond la commissaire. "Mais il y a de grands collectionneurs d'art russe. A l'avant-garde française a succédé l'avant-garde russe".